BIEN-ÊTRE
10/12/2017 15:54 EST | Actualisé 11/12/2017 09:31 EST

Pourquoi nous devenons déprimés pendant les vacances de Noël, et comment l'éviter

Les sentiments de dépression et d'humeur négative affectent beaucoup de gens au courant des vacances,.

Getty Images/iStockphoto

C'est la plus belle période de l'année ... enfin, pas pour tout le monde.

Alors que les images d'amour et de joie prennent d'assaut les vitrines, les écrans de télévision et les pages de magazines, pour beaucoup de gens, la réalité des vacances n'est pas si joyeuse. Entre les échéances stressantes de fin d'année, le dysfonctionnement et la perte de la famille, les mauvaises habitudes alimentaires et les journées hivernales de plus en plus froides et sombres, il est facile dans le temps des fêtes de se sentir moins joyeux.

Le constant rappel du bonheur des autres peut aussi devenir un douloureux rappel du bonheur et de l'amour qui font défaut dans nos propres vies. Pour cette raison, le mois de décembre peut être une période de l'année particulièrement difficile pour ceux qui sont aux prises avec des conflits familiaux, de la perte d'un être cher, des ruptures, du divorce, de la solitude et des problèmes de santé mentale.

Les sentiments de dépression et d'humeur négative affectent beaucoup de gens au courant des vacances, et pas seulement ceux qui ont un diagnostic de dépression. Bien qu'il n'y ait pas eu de données suggérant une augmentation réelle du taux des dépressions et des suicides en décembre - la recherche a montré que la dépression et le suicide atteignent leur maximum au printemps - certains experts disent que le blues des vacances est un phénomène très réel.

Voici certains des facteurs de risque de la dépression durant les vacances de Noël, et comment les éviter:

Mettre en place des attentes irréalistes.

En désirant un Noël sans anicroche, vous vous mettez plus à risque de vivre des déceptions ou des symptômes de la dépression.

« Les gens ont ce fantasme des vacances que vous verriez à la télévision », a déclaré au HuffPost le psychiatre Mark Sichel, auteur de Healing From Family Rifts, ajoutant que sa pratique devient beaucoup plus occupée après les vacances. « En fait, ce n'est jamais exactement comme les gens l'anticipent et c'est souvent décevant. Il y a souvent des conflits au sein des familles qui se manifestent pendant les vacances.»

Si les vacances ont tendance à être une période de conflit dans votre famille, ou si vous avez récemment perdu un être cher, faire pression sur votre famille pour qu'elle s'entende ou soit gaie pourrait mener à la déception et à de l'anxiété supplémentaire.

Être conscient des éléments dont vous êtes reconnaissants - votre sœur qui rend toujours les réunions de famille supportables, obtenir une semaine de congé, ou juste la promesse d'un nouveau départ avec le début de la nouvelle année - peut aider à combattre les sentiments de tristesse.

« Réalisez que les vacances se terminent et faites le point sur ce dont vous pouvez être reconnaissant », dit Sichel. « Avoir de la gratitude est probablement le meilleur antidote contre la dépression. »

Essayer d'en faire trop.

Pendant les vacances, la pression d'essayer de tout faire - planifier des vacances parfaites, rentrer à la maison pour voir votre famille, dire oui à tous les événements, respecter les échéances de fin d'année - peut devenir épuisant. Si vous êtes sujet à l'anxiété et à la dépression, le stress et le manque de sommeil peuvent avoir un impact sur votre humeur.

Une pression accrue et la peur de ne pas tout faire sont parmi les déclencheurs les plus communs pour les blues des vacances, selon Sichel.

« S'embourber dans le perfectionnisme » peut contribuer au sentiment de dépression, explique Sichel. « Beaucoup de gens pensent qu'ils ne peuvent tout simplement pas faire ce qu'il faut, que les membres de leur famille sont toujours déçus. »

Alexey Stiop
Young woman sitting next to Christmas tree holding entangled string of lights

Se comparer aux autres

Tant dans la vraie vie que sur les médias sociaux, il peut être difficile d'éviter de vous comparer aux autres à l'approche de Noël. Si vous avez une famille moins parfaite ou un traumatisme passé de cette période de l'année, comparer votre expérience de vacances avec celle des autres n'aideront pas à diminuer la tristesse et l'isolement.

Et comme le souligne Sichel, ces comparaisons ont tendance à être faussées et elles tendent à nous faire sentir mal dans notre peau.

«La base de comparaison des gens n'est pas basée sur la réalité, car la plupart des familles ont des problèmes et la plupart des gens n'ont pas le Noël parfait qu'ils aimeraient avoir», dit Sichel.

Négliger de prendre soin de soi

Pour beaucoup de gens, décembre est la période la plus occupée de l'année. Lorsque les contraintes de travail s'accumulent et que le calendrier se remplit d'obligations sociales, les routines qui nous gardent normalement en bonne santé - cours de yoga, cours du matin, repas cuisinés maison- sont habituellement la première chose à être négligées.

En plus de l'augmentation du stress, manger mal et boire excessivement peut également exacerber des problèmes comme le stress, l'anxiété et la dépression.

« Prenez soin de vous», dit Sichel. « Faites vos routines régulières de l'exercice et tout ce qui vous permet de rester heureux au courant de l'année. »

Sichel souligne l'importance d'éviter les beuveries. L'alcool est partout pendant les vacances, et si vous avez du mal à vous sentir abattu, il peut être sage d'éviter de boire autant que possible - l'alcool est connu pour aggraver les symptômes d'anxiété et de dépression.

Vivre des symptômes de trouble affectif saisonnier

Si vous avez tendance à vous sentir déprimé lorsque l'hiver approche chaque année, et que ces sentiments ne disparaissent pas après la fin des vacances, vous pourriez avoir un trouble affectif saisonnier (TAS).

Selon Sichel, beaucoup de personnes qui pensent souffrir d'un cas de blues de vacances peuvent souffrir de dépression saisonnière, une forme de dépression provoquée par le changement des saisons. Mais le TAS ne devrait pas être considéré comme un simple «blues hivernal» - parlez à votre médecin si vous ressentez des symptômes du trouble pour trouver un traitement qui vous convient.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: