BIEN-ÊTRE

Pour installer les guirlandes dans le sapin de Noël, on a tout faux selon cet architecte d'intérieur

Ça change tout !

07/12/2017 09:38 EST | Actualisé 07/12/2017 12:27 EST

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, il n'y a qu'une seule manière d'accrocher les jolies lumières au sapin de Noël.

Après les avoir démêlées (ce qui est un énorme boulot en soi), on commence par le bas du sapin et on monte petit à petit, horizontalement, en essayant en même temps de mettre les lumières sur les branches les plus importantes, tout évitant de se faire piquer par les aiguilles. C'est un travail difficile, mais quand on branche la guirlande et qu'on voit le sapin briller de toute sa splendeur, on se dit que ça en valait la peine.

Sauf que, selon un architecte d'intérieur, on a tout faux.

Dans une interview accordée à Today, Francesco Bilotto affirme que les guirlandes de Noël doivent être installées verticalement et non pas horizontalement. Il ajoute qu'il ne faut pas commencer par le bas du sapin mais par le haut en utilisant la dernière ampoule de la guirlande (pas celle à côté de la prise), puis descendre verticalement et ainsi de suite.

"La raison pour laquelle j'aime procéder ainsi, c'est que quand on l'installe en faisant des cercles, les lumières ont tendance à s'enfoncer", expliquait-t-il l'an dernier à HouseBeautiful. "De cette façon, chaque extrémité de l'arbre, de branche en branche, scintillera de plaisir", poursuit-il.

Regardez comment cet architecte d'intérieur procède dans cette vidéo (en anglais):

Il recommande également d'accrocher en profondeur les éléments les plus brillants des décorations pour que les lumières s'y reflètent et qu'ainsi, le milieu de l'arbre brille également.

Mais le meilleur est pour la fin. C'est au moment d'enlever les guirlandes que cette méthode s'avère la plus pratique. "C'est plus facile et moins bordélique de retirer tirer la guirlande vers l'extérieur de l'arbre plutôt que de se battre contre une branche presque sèche", affirme-t-il.

Ce texte a été publié originalement sur le HuffPost Canada et traduit par le HuffPost.