POLITIQUE

L'opposition veut questionner le nouveau chef du SPVM au conseil municipal

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a dû se défendre de mettre le SPVM sous tutelle.

07/12/2017 14:32 EST | Actualisé 07/12/2017 15:56 EST
Olivier Robichaud

L'opposition à l'hôtel de ville souhaite que le chef intérimaire de la police de Montréal se présente devant les élus municipaux lundi pour présenter son plan et rassurer la population.

Mercredi, le directeur général de la Sûreté du Québec, Martrin Prud'homme, a été nommé comme administrateur et directeur intérimaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le directeur actuel, Philippe Pichet, se trouve suspendu avec solde.

Du coup, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a dû se défendre de mettre le SPVM sous tutelle. Le chef de l'opposition à Montréal, Lionel Perez, estime quant à lui que la police se trouve désormais dans une situation de «quasi-tutelle». Il souhaite que M. Prud'homme soit invité devant le conseil municipal lundi pour clarifier la situation.

«M. Prud'homme pourra alors présenter ses orientations quant à son plan de redressement. Il va pouvoir désamorcer la crise dans laquelle on se trouve et rassurer la population», affirme M. Perez.

Celui-ci estime que la crise qui secoue le SPVM constitue un premier test pour l'administration de Valérie Plante. Il se demande pourquoi la mairesse n'a pas d'ores et déjà réclamé que M. Prud'homme se présente devant le conseil.

L'opposition à l'hôtel de ville souhaite que le chef intérimaire de la police de Montréal se présente devant les élus municipaux lundi pour présenter son plan et rassurer la population.

Mercredi, le directeur général de la Sûreté du Québec, Martrin Prud'homme, a été nommé comme administrateur et directeur intérimaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le directeur actuel, Philippe Pichet, se trouve suspendu avec solde.

Du coup, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a dû se défendre de mettre le SPVM sous tutelle. Le chef de l'opposition à Montréal, Lionel Perez, estime quant à lui que la police se trouve désormais dans une situation de «quasi-tutelle». Il souhaite que M. Prud'homme soit invité devant le conseil municipal lundi pour clarifier la situation.

«M. Prud'homme pourra alors présenter ses orientations quant à son plan de redressement. Il va pouvoir désamorcer la crise dans laquelle on se trouve et rassurer la population», affirme M. Perez.

Celui-ci estime que la crise qui secoue le SPVM constitue un premier test pour l'administration de Valérie Plante. Il se demande pourquoi la mairesse n'a pas d'ores et déjà réclamé que M. Prud'homme se présente devant le conseil.

La mairesse Valérie Plante est actuellement en mission à Paris. La responsable de la sécurité publique au sein du comité exécutif, Nathalie Goulet, affirme que M. Pichet présentera son plan lors d'une réunion publique de la Commission de la sécurité publique.

«Lorsque l'administrateur provisoire aura élaboré son propre plan pour régler les problèmes de gouvernance et rétablir la confiance, il aura la chance de venir le présenter devant la Commission de la sécurité publique, lors d'une séance ouverte et transparente», affirme Mme Goulet.

Aucune date n'a toutefois été précisée.