POLITIQUE

«Bonjour-Hi», une marque de «respect» selon la ministre Weil

Elle s'est montrée plutôt surprise de la controverse entourant ce débat.

06/12/2017 12:12 EST | Actualisé 06/12/2017 12:12 EST
LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – La ministre responsable des Relations avec les Québécois d'expression anglaise, Kathleen Weil, est d'avis que la salutation bilingue «Bonjour-Hi» utilisée par certains commerçants à Montréal, surtout, est une marque de «respect» pour les clients.

«Je réponds "Bonjour-Hi" parce que je retourne le respect, me disant peut-être que cette personne souhaiterait continuer en anglais ou en français. C'est quelque chose qui est instantané», a-t-elle commenté, à l'entrée du conseil des ministres, mercredi.

Mme Weil s'est montrée plutôt surprise de l'attention portée au débat entourant cette salutation lors de l'adoption d'une motion du Parti québécois, la semaine dernière. Elle est d'avis que l'ajout du «Hi» passe plutôt inaperçu pour les personnes bilingues ou trilingues, par exemple.

La motion qui a tant fait couler d'encre réaffirme que «le français est la langue officielle et commune du Québec» et rappelle que le mot Bonjour «exprime magnifiquement la convivialité québécoise».

Même si une motion est non contraignante, l'Assemblée nationale a envoyé un message clair aux commerçants qu'elle aimerait mieux que les clients soient accueillis en français.

Le débat a surpris les anglophones de la province et a causé une commotion dans le reste du Canada.

VOIR AUSSI: