POLITIQUE

Longueuil: « Les citoyens sont pris en otage! »

Les citoyens ont dû écouter une heure de débats simplement pour que les élus adoptent l'ordre du jour de la soirée.

06/12/2017 06:18 EST | Actualisé 06/12/2017 06:18 EST
Flickr / Ville de Longueuil
Hôtel de ville de Longueuil

Des citoyens mécontents sont venus dénoncer l'immobilisme et la partisanerie qui a pris d'assaut le conseil municipal de Longueuil. Ils sentent que les citoyens sont «pris en otage» par des considérations purement partisanes.

«Les élus doivent travailler dans l'intérêt des citoyens. Ce n'est pas ça que je vois aujourd'hui», a dit une résidente de la principale ville de la Rive-Sud.

«Il faut oublier la vengeance et se concentrer sur le rôle valorisant qui vous a été confié», a lancé une autre.

Elles et d'autres se sont présentés au micro du conseil municipal mardi. Ils ont dû écouter une heure de débats simplement pour que les élus adoptent l'ordre du jour de la soirée.

Rappelons que la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, est minoritaire au conseil municipal. Le principal parti d'opposition, Longueuil Citoyen, contrôle 8 sièges sur 18, contre 6 pour Mme Parent et ses collègues d'Action Longueuil.

Les deux partis ont dû voter cinq fois avant d'élire le président du conseil. Celui-ci doit être élu par les 2/3 des voix, ce qui s'est avéré impossible. Les partis se sont résignés à nommer Nathalie Boisclair comme présidente pour la seule séance du 5 décembre, une décision qui ne requiert que la simple majorité. La décision finale a été reportée au mois prochain.

Mme Boisclair est une ex-élue d'Action Longueuil qui a rejoint l'aspirante-mairesse Josée Latendresse au sein de Longueuil Citoyen lorsque le parti s'est scindé en deux l'hiver dernier. Dimanche, elle a annoncé qu'elle siégerait désormais comme indépendante à la suite d'un différend sur l'importance accordée à Mme Latendresse.

Longueuil Citoyen a ensuite réclamé l'ajout de 12 points à l'ordre du jour, dont certains ont été jugés irrecevables par Mme Boisclair parce qu'ils ne relèvent pas du conseil de ville. Six d'entre eux ont tout de même été ajoutés malgré l'opposition d'Action Longueuil.

Yves Lemire, un ancien conseiller municipal indépendant qui a rejoint Longueuil Citoyen, a jeté le blâme de la partisanerie sur l'administration Parent. Il l'a aussi accusée d'être à l'origine des commentaires des citoyens.

«On veut nous faire la morale, mais il y a une mairesse qui croit qu'elle doit tout gérer. [...] C'est bien beau d'écrire des textes et de les faire lire en avant, mais... je sais pas», a-t-il dit.

M. Lemire et son parti ont poursuivi le travail de mise de côté de l'administration Parent amorcé le mois dernier, lorsqu'ils ont nommé leurs élus et ceux du troisième parti, Option Longueuil, à la quasi-totalité des postes des commissions de la Ville. Le conseil d'administration du transporteur public, le Réseau de transport de Longueuil, ne comptera aucun membre d'Action Longueuil.

Par ailleurs, Longueuil Citoyen a pris la décision de ne pas participer au comité exécutif. Mme Parent souhaitait que les trois partis y soient représentés, mais les négociations ne semblent pas avoir abouti.

Lorsque les décisions du comité exécutif sont portées devant le conseil municipal, les membres du comité exécutif sont tenus de voter en bloc. La majorité détenue par Longueuil Citoyen et Option Longueuil au conseil municipal aurait alors été fragilisée.

Sur les cinq postes du comité exécutif, incluant la mairesse, seulement deux élus d'Action Longueuil ont été nommés jusqu'à présent. La mairesse Parent a le pouvoir de nommer les élus de son choix.

Mme Parent a invité l'ensemble des élus à une «séance de travail collective» pour élaborer un plan de travail pour la Ville.