DIVERTISSEMENT

Les amis de Patrick Bourgeois le couvrent d’éloges

«C’est un choc», a admis Alain Lapointe.

04/12/2017 16:33 EST | Actualisé 04/12/2017 16:33 EST
PC/Denis Beaumont

Dimanche dernier, on apprenait le décès de Patrick Bourgeois exactement pendant la diffusion de Tout le monde en parle.

Il n'a alors évidemment pu être question du départ prématuré de l'ex-BB à la table de Guy A.Lepage, puisque le rendez-vous dominical de Radio-Canada est préenregistré le jeudi, mais on s'est rattrapés cette semaine, avec une discussion très joyeuse et empreinte de souvenirs avec les deux autres partenaires de route des BB, Alain Lapointe et François Jean, Geneviève Borne et Yves P. Pelletier. Tous n'avaient que des éloges à formuler à l'égard de leur ami disparu.

«C'est un choc», a admis Alain Lapointe, qui voyait régulièrement Patrick Bourgeois et qui avait constaté que sa maladie évoluait, depuis deux ans. «Mais c'est arrivé très subitement», a précisé le musicien, qui croyait que le papa de Ludovick, Pénélope et Marie-William pourrait célébrer Noël avant de s'éteindre, et qu'il pourrait entrer dans la maison que les siens et lui se faisaient construire.

François Jean, de son côté, n'était plus en contact avec son camarade depuis qu'il avait intenté une poursuite contre lui, concernant l'argent de la dernière tournée des BB, il y a deux ans. Quand il a su que Patrick Bourgeois reposait aux soins palliatifs, et donc qu'il lui restait peu de temps à vivre, François Jean a demandé au cousin de Patrick si ce dernier avait envie de le voir, et la réponse avait été positive. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, Patrick Bourgeois est parti trop vite pour que la rencontre ait lieu.

«Je te remercie d'avoir été la locomotive que tu as été pour le band», aurait voulu lui dire François Jean, qui a qualifié Bourgeois de «grand mélodiste». «Son talent a fait qu'on a réalisé notre rêve ensemble», a ajouté le batteur, alors qu'Alain Lapointe acquiesçait à ses côtés.

Un bouffon

Geneviève Borne, quant à elle, était VJ à MusiquePlus dans la période frénétique de la «BB Mania», lorsque les trois artistes aux cheveux longs faisaient hurler les filles. Elle est demeurée très proche de Patrick Bourgeois avec les années, notamment parce qu'elle a été l'amoureuse de Michel Gendron, qui fut jadis le gérant des BB, et qui est décédé en 2008 d'un malaise cardiaque. L'animatrice a même accompagné Patrick Bourgeois à ses traitements de chimiothérapie.

«Étant donné que je connais Patrick depuis longtemps, longtemps, depuis la fin des années 80, je pense qu'il était assez à l'aise avec moi, on était assez à l'aise, pour que je puisse être présente dans des contextes plus difficiles», a relaté Geneviève Borne.

«Étant donné aussi que je suis passée à travers d'un cancer et de soins de chimiothérapie, tu te dis : je sais peut-être un petit peu quoi faire dans cette situation-là. J'ai accompagné Patrick, et la vérité, c'est que c'était des fous rires, même en chimiothérapie. Parce que ce gars-là avait un sens de l'humour incroyable. C'était à pleurer de rire, même en chimiothérapie. C'est un gars qui avait un immense sens de l'autodérision, il était très moqueur, et sa cible préférée, c'était lui-même. Jamais il ne m'a fait sentir qu'il était découragé, qu'il ne gardait pas espoir. Il était hyper positif, très, très, très optimiste et rempli de projets.»

Geneviève Borne n'a pas caché qu'elle avait davantage l'œil sur le gérant que sur les stars lorsque les BB passaient à MusiquePlus, au début des années 90, mais elle était quand même fort admirative des aptitudes des trois garçons, lesquels, a-t-elle souligné, étaient d'excellents musiciens, même si on s'attardait davantage à leur look. Et même si, comme l'a rappelé Alain Lapointe, leur popularité a explosé au même moment que le scandale Milli Vanilli, et que plusieurs personnes de l'industrie de la musique croyaient que les BB n'interprétaient pas eux-mêmes leurs ritournelles sentimentales.

«Les filles étaient complètement sous le charme, a résumé Geneviève Borne. À cette époque-là, à MusiquePlus, ça cognait dans les vitres... Ça criait, ça pleurait, ça voulait des autographes, des photos... »

Patrick Bourgeois avait aussi donné des spectacles avec les troupes de Rock et Belles Oreilles. La première fois, c'était au Vélodrome olympique pendant le Salon de la jeunesse, en 1982, a indiqué Guy A. Lepage. Plus tard, en 1986, lors d'une soirée au bar Le Belmont, Patrick Bourgeois a fait écouter à Yves P. Pelletier une chanson aux accents western et punk, agrémentée d'effets sonores de fouets, de fusils et autres fantaisies. Fasciné, Yves P. Pelletier lui en a commandé une semblable pour le disque de RBO. C'est ainsi qu'est née, en trois jours, la mélodie-thème de la formation la plus baveuse de l'heure.

C'est également Patrick Bourgeois qui fut à l'origine de la pièce Arrête de boire – une réplique qu'il criait aux fêtards trop éméchés dans les endroits glauques qu'il fréquentait -, et il a joué de la guitare sur ce même morceau, s'est remémoré Yves P. Pelletier.

«C'est un gars qui m'a fait rire, mais tellement rire. C'est un bouffon (...) C'était un enfant turbulent!», s'est attendri ce dernier, qui a également collaboré avec Bourgeois pour le film Karmina, dont lui signait le scénario, et Bourgeois, la musique.

«Repose en paix, beau bonhomme»

On a appris à Tout le monde en parle, dimanche, que Geneviève Borne travaillait à un documentaire sur Patrick Bourgeois. Elle avait filmé des images de lui autant pendant ses traitements de chimiothérapie qu'en studio d'enregistrement. La communicatrice a évoqué qu'aucune entente n'avait été finalisée avec un producteur ou un diffuseur, mais a promis de conserver tout ce matériel, y compris les selfies rigolos croqués par Patrick Bourgeois avant son décès. Borne a également précisé que de nouvelles chansons du chanteur, encore jamais entendues, pourraient être commercialisées, puisqu'il en avait plusieurs en banque.

En 2008, les BB ont vécu un moment charnière, alors que 100 000 personnes s'étaient rassemblées, aux FrancoFolies de Montréal, pour assister au concert-retrouvailles du groupe. Eux qui pensaient se produire devant 30 000 âmes ont été ébahis de jauger la mer de monde qui s'était déplacée pour eux. «Les genoux m'ont faibli», a avoué Alain Lapointe. Le trio n'avait alors pas offert de spectacle ensemble depuis sept ans.

François Jean a assuré que son ancien comparse s'alimentait très bien, que son mode de vie ne justifiait pas un trépas aussi rapide, à 55 ans. Bourgeois était même derrière la page Facebook du Cuisinier masqué. Or, il tardait à aller voir son médecin lorsque nécessaire, a concédé son entourage.

«Je commence à trouver qu'il y a pas mal de beaux anges gardiens qui sont rendus au ciel. Je pense à Patrick, je pense à Michel (Gendron), je pense à Guy Corneau, qui a été un ange gardien pour moi sur Terre, qui nous a quittés cette année aussi...», s'est désolée Geneviève Borne, ce à quoi Dany Turcotte a évoqué son complice Dominique Lévesque, parti lui aussi il y a un an.

«Je trouve que la Grande Faucheuse est boulimique», a observé Geneviève Borne.

«Elle est sévère», a abondé Dany Turcotte.

À propos de la ressemblance physique entre Patrick Bourgeois et son fils Ludovick (gagnant de La voix 2017), qui ont chanté ensemble Tu ne sauras jamais lors du spectacle-hommage à Michel Louvain, au dernier Festival d'été de Québec, Geneviève Borne s'est exclamée que «c'est fort, la génétique».

«La musique de Patrick va continuer à vivre à travers Ludovick (...) Il (Ludovick) a la même lueur dans l'œil, la même espièglerie», a vanté Geneviève Borne.

Qu'est-ce qui manquera le plus de Patrick Bourgeois aux ex-membres des BB?, s'est enquis Guy A.Lepage.

«Son rire, ses jokes», a lancé François Jean.

«Son amitié, a renchéri Alain Lapointe, qui a vu Patrick Bourgeois pour la dernière fois deux semaines avant sa mort. On se parlait souvent et on riait tout le temps. Cette amitié-là va me manquer. C'est mon ami, c'est mon frère. J'ai vécu plus avec lui qu'avec ma propre famille, quasiment. Ça, ça va me manquer...»

Dany Turcotte a finalement lu lui-même la carte qu'il dédiait à Patrick Bourgeois.

«Patrick, tu es dans la légende, maintenant. Tu vas hanter nos cœurs et nos karaokés pour l'éternité. Repose en paix, beau bonhomme!»