BIEN-ÊTRE

Le poids de Ruby Rose fait jaser

Et la principale intéressée répond à ses détracteurs.

04/12/2017 21:57 EST | Actualisé 04/12/2017 21:57 EST
Alessandro Garofalo / Reuters

L'actrice australienne Ruby Rose a perdu du poids dans les derniers mois, et ça n'a pas passé inaperçu!

La belle brune a foulé le tapis rouge mercredi dernier pour la première du film Pitch Perfect 3, et on peut voir qu'elle est très svelte. Eh bien, ça a fait jaser, surtout l'édition australienne du journal Daily Mail, qui a publié plusieurs articles sur le poids de Ruby Rose pendant son séjour dans son pays natal.

L'actrice n'a pas apprécié les commentaires négatifs sur son poids. En effet, elle a même fait une actualité Instagram à ce sujet qu'elle a ensuite publiée sur Twitter.

«Ceci était mon actualité Instagram après avoir eu des paparazzis qui me suivaient dans les aéroports me disant que si je «mangeais quelque chose» peut-être qu'ils ne me feraient pas faire ça et de me «rappeler d'où je viens». J'ai montré ma peau parce que c'est à moi de la publier et ce n'est pas à eux de la vendre. J'ai repris mon pouvoir», a-t-elle tweeté.

Elle parle d'abord de sa peau avec de l'acné, qui a été vivement critiquée, et ensuite de la soirée de la première du film.

Elle demande aux médias pourquoi ils ont choisi une photo où elle semble pensive au lieu de celles où elle sourit. Elle a aussi publié une photo de son dos deux ans plus tôt alors qu'elle avait un problème de thyroïde. La photo suivante en est une autre d'elle de dos. «Et ceci est mon dos... J'ai le postérieur incliné (c'est pourquoi j'ai des abdos, mais pas de cul) et une courbature vertébrale provenant d'un important accident de voiture», a-t-elle écrit.

Elle a ensuite écrit une note pour expliquer son mécontentement face à la série d'articles du DailyMail.

«Le Daily Mail a ruiné une belle expérience pour moi en ne faisant pas une, mais huit histoires avec cette nouvelle narrative non fondée», écrit-elle.

Elle était fâchée contre les journalistes qui veulent des clics sur leurs articles. «Ils s'en foutent d'utiliser un mot comme l'anorexie comme si ce N'ÉTAIT PAS UNE MALADIE SÉRIEUSE ET FATALE. Ils ne sont pas juste paresseux, mais je ne comprends pas comment ils dorment la nuit», écrit-elle.

INSTAGRAM

Rose note que c'est important de savoir ce qu'est un trouble alimentaire et d'en parler d'une façon intelligente pour une plate-forme comme un journal national. Elle note que l'intégrité du journal est en jeu.

«Je me serais sentie responsable si je n'avais rien fait, parce que vous savez que j'ai toujours été franche à propos de ma santé physique et mentale. Donc je suis désolée si ces histoires ont déclenché quoi que ce soit en quiconque. C'est le problème de croire des tabloïds ou des nouvelles sans recherche...»

Et vlan!