NOUVELLES

Facebook ne laisse plus les annonceurs exclure des groupes ethniques

Oui, certaines publicités sont passées entre les mailles du système de révision de Facebook.

01/12/2017 11:53 EST | Actualisé 01/12/2017 11:55 EST
studioEAST via Getty Images

Facebook a temporairement retiré aux annonceurs l'option d'exclure des groupes ethniques du public visé de leurs publicités pendant qu'il analyse comment cette fonction peut être discriminante.

La chef des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, a indiqué aux législateurs afro-américains du Congrès américain que l'entreprise était déterminée à améliorer ses pratiques après qu'un article eut fait état de l'incapacité de Facebook à bloquer des publicités discriminatoires.

ProPublica, qui est basé aux États-Unis, a rapporté la semaine dernière, dans le cadre d'un dossier d'enquête, qu'il avait acheté des publicités discriminatoires sur des maisons et qu'il avait réussi à éviter le processus de révision de l'entreprise même s'il avait ciblé des groupes ethniques. Facebook avait affirmé il y a quelques mois qu'il était en mesure de détecter et bloquer de telles publicités.

«Jusqu'à ce que nous soyons en mesure d'assurer que nos outils ne seront pas utilisés de manière inappropriée, nous désactivons l'option permettant aux annonceurs d'exclure certains facteurs multiculturels de leur public visé pour une publicité», a écrit Sandberg dans une lettre destinée au Caucus noir du Congrès, qui a été publiée en ligne par ProPublica.

Selon les lois américaines, il est interdit de publier des publicités si elles discriminent la race, la religion et le sexe, entre autres.

Facebook, le plus grand réseau social avec 2,1 milliards d'utilisateurs et qui rapporte 36 milliards $US en revenu annuellement, est sur la défensive concernant ses pratiques publicitaires.

En septembre, le géant a annoncé l'existence de publicités liées à la Russie qui avaient circulé durant la campagne présidentielle américaine en 2016. Lors du même mois, ProPublica a aussi rapporté que Facebook a désactivé un outil qui avait permis par inadvertance aux annonceurs de cibler le public selon leur emploi indiqué sur leur profil, même si l'emploi était «Jew hater» (je hais les Juifs).

Sandberg a mentionné que les annonceurs qui excluent certaines ethnies pour des publicités sur les maisons, l'emploi ou le crédit devront certifier à Facebook qu'ils se plient à la police antidiscriminatoire de l'entreprise et des lois applicables.

Sandberg a défendu le marketing selon l'ethnie et la culture en général en disant qu'il s'agissait d'une pratique commune dans l'industrie publicitaire de tenter de cibler des communautés spécifiques.

Une membre du Caucus noir du Congrès, Robin Kelly, a déclaré que les actions prises par Facebook étaient appropriées.

«Quand j'ai évoqué ce problème à Facebook pour la première fois, j'étais déçue, a révélé Kelly, une démocrate, dans un communiqué. Lorsqu'il est devenu nécessaire de soulever la question à nouveau, j'étais irritée. Heureusement, nous avons été en mesure d'établir un canal de communication constructif qui a donné des résultats positifs dans la bonne direction.»

Cet article de Reuters a été traduit de l'anglais par le HuffPost Québec.

VOIR AUSSI: