BIEN-ÊTRE

Ces mannequins Victoria's Secret ont chanté le mot de trop et ça ne passe pas

Le mot que l'on ne doit pas prononcer... ou chanter.

30/11/2017 07:50 EST | Actualisé 30/11/2017 07:52 EST

Il y a des mots, dans la langue de Shakespeare, que tout le monde ne peut pas prononcer et ces anges Victoria's Secret l'ont appris à leurs dépends.

Lundi 20 novembre, alors que les belles se détendaient en coulisses après le défilé de la célèbre marque de lingerie à Shanghai, certaines d'entres elles se sont mises à chanter le titre de Cardi B, "Bodak Yellow" dont les paroles contiennent le terme "nigga".

Sur une vidéo postée sur Twitter, on peut voir les mannequins en train de chanter.

Un mot très mal perçu aux États-Unis lorsqu'une personne qui n'est pas elle-même noire le prononce. On parle notamment de "n-word", autrement dit le "mot en n", pour avoir à éviter de le prononcer.

Les internautes, choqués par l'utilisation de ce mot très connoté, et qui peut notamment renvoyer au passé esclavagiste et ségrégationniste des Etats-Unis, n'ont pas pardonné aux mannequins d'avoir répété les paroles de la chanson.

"Nan, ce "n-word" était si clair et fort qu'il n'a pas pu être prononcé par la seule fille noire présente dans la pièce."
"S'il te plaît Victoria's Secret, tu peux virer toutes ces filles qui ont dit le "n-word" en toute insouciance?"
"Si t'es pas noire, tu prononces pas le "n-word", point barre."
Un internaute a cependant repéré un ange précautionneux, Devon Windsor, qui semble se taire pour ne pas prononcer "nigga" et offusquer la communauté noire.
"La seule qui sera sauve est Devon Windsor"

Dans la série Netflix "Dear White People", inspiré du film éponyme, on retrouve une scène similaire à celle qui s'est produite dans les coulisses du défilé.

Dans l'épisode 5 de la saison 1 de la série, alors que les étudiants profitent d'une soirée, Addison, un jeune Blanc, chante "Trap Niggas", un titre de Future où le "n-word" apparaît à de très nombreuses reprises. Reggie, un étudiant noir l'interpelle: "Mec, dis pas ça". Addison se défend en lui disant: "Tu sais très bien que j'utilise pas ce mot en temps normal. Attends, c'est grave si je répète ce qu'il se dit dans la chanson?", poursuit-il en expliquant que ce n'est pas parce qu'il utilise le mot "nigga" qu'il est raciste et qu'il pense que ne pas prononcer ce mot est une forme d'auto-censure. La situation s'envenime et les deux étudiants en viennent finalement aux mains.

Ce n'est pas la première fois que les Anges de Victoria's Secret ou la marque elle-même sont pointés du doigt pour des cas de racisme ou d'appropriation culturelle. En 2010, une polémique était née à la suite de l'utilisation d'une jupe "tribale" pendant un défilé. En 2012 et en 2016, la marque de lingerie avait été accusée d'appropriation culturelle pour avoir utilisé les cultures asiatiques et indiennes pendant ses défilés.

Tout récemment, la top-model Gigi Hadid, accusée de racisme envers la communauté asiatique après avoir diffusé une vidéo d'elle plissant les yeux pour imiter Bouddha, n'avait pas pu participer au défilé de Shanghai. La vidéo avait provoqué un tollé en Chine.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: