DIVERTISSEMENT

Jay-Z se confie sur sa thérapie et sa relation avec Beyoncé

Dans une entrevue pour le magazine T du New York Times.

29/11/2017 17:41 EST | Actualisé 29/11/2017 17:41 EST
Kevin Mazur/Getty Images for Roc Nation

Dans cette longue entrevue pour le magazine T du New York Times, Jay-Z aborde plusieurs sujets, dont O.J. Simpson, le racisme, sa musique, l'éducation de ses enfants, son expérience en thérapie et sa relation avec Beyoncé.

Le journaliste Dean Baquet note que le dernier album de Jay-Z, 4:44, ressemble à une session en thérapie, ce à quoi s'est consacré le rappeur.

Jay-Z a rencontré sa thérapeute à travers des bons amis. «J'ai beaucoup grandi de l'expérience. Mais je pense que la chose la plus importante que j'ai apprise est le fait que tout est connecté. Chaque émotion est connectée et vient de quelque part. Et c'est d'être conscient», note-t-il.

En conversation, Jay-Z admet avoir été dans un mode survie où il se fermait sur ses émotions par le passé. Il ne pouvait pas connecter à cause de la façon dont il se sentait par rapport à lui-même. «Dans mon cas, c'est profond. Et ensuite tout arrive de là: l'infidélité...»

«La chose la plus forte qu'un homme peut faire est de pleurer. D'exposer vos sentiments, d'être vulnérable devant le monde. C'est une vraie force», explique-t-il.

Jay-Z admet que lui et Beyoncé ont utilisé leur art presque comme une session de thérapie. «Et on a commencé à faire de la musique ensemble. Et la musique qu'elle faisait était rendue plus loin. Donc, son album est sorti au lieu de l'album conjoint sur lequel on travaillait. On a encore beaucoup de cette musique», révèle-t-il.

Jay-Z explique que lui et Beyoncé étaient dans l'oeil de la tornade, «mais que la meilleure place où être est dans le milieu de la douleur.»

«C'était où nous étions assis, et c'était inconfortable, et on a eu plusieurs conversations. Je suis très fier de la musique qu'elle a faite, et elle était très fière de l'art que j'ai sorti. À la fin de la journée, on a vraiment un respect sain pour le travail de l'autre. Je pense qu'elle est incroyable», explique-t-il.

Le rappeur explique que si le taux de divorce est de 50 pour cent, «c'est parce que la plupart des gens ne peuvent pas se regarder en face. La chose la plus difficile est de voir la peine que tu as causée sur le visage de quelqu'un, et ensuite d'avoir affaire avec toi-même.»

Le magazine T du New York Times sera disponible dans l'édition du dimanche 3 décembre.

À voir aussi: