NOUVELLES

Donald Trump s'amuse à surnommer une élue «Pocahontas» en pleine cérémonie

Surnom dont il a affublé la sénatrice démocrate Elizabeth Warren

27/11/2017 21:05 EST | Actualisé 28/11/2017 06:06 EST
YOUTUBE

Donald Trump a fait ce lundi 27 novembre une allusion déroutante à Pocahontas, surnom dont il a affublé la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, en recevant des anciens combattants amérindiens à la Maison Blanche.

C'est à l'occasion d'une cérémonie en l'honneur de Navajos, enrôlés par l'armée américaine comme "code talkers" (décodeur-traducteur) pendant la Seconde Guerre mondiale, que le locataire de la Maison Blanche a fait cette digression.

"Vous étiez ici longtemps avant nous. Même si nous avons une représentante au Congrès qui est -disent-ils- là-bas depuis longtemps. Ils l'appellent Pocahontas", a-t-il lancé, dans un silence gêné.

Donald Trump est coutumier des attaques contre Elizabeth Warren, qu'il surnomme "Pocahontas" en référence aux origines amérindiennes qu'elle revendique et dont il conteste l'authenticité.

"Il est profondément regrettable que le président des Etats-Unis ne puisse même pas mener à bien une cérémonie en l'honneur de ces héros sans lancer des insultes racistes", a déploré l'élue démocrate sur MSNBC.

Le National Congress of American Indians, la plus large organisation représentant la communauté amérindienne, a aussi dénoncé les propos de Trump. "Nous regrettons que le président utilise le nom de Pocahontas comme une insulte envers l'un de ses adversaires politiques et que cela entache le but de cette cérémonie à la Maison Blanche".

Sarah Sanders, porte-parole du président américain, a défendu l'usage de ce surnom, jugeant "ridicules" ces accusations et réfutant le caractère raciste de ses propos. "Je pense que ce que la plupart des gens jugent offensant est le fait que la sénatrice Warren mente sur ses origines pour promouvoir sa carrière", a-t-elle lancé.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'armée américaine eut recours à des centaines d'Amérindiens de différentes tribus dont le dialecte ancestral servit de code de communication indéchiffrable par les ennemis. A l'époque, la prononciation et le vocabulaire des langues amérindiennes restaient en effet un mystère pour les Allemands et les Japonais.

Fin 2013, la Médaille d'Or du Congrès américain a été décernée à quelque 250 Amérindiens de 33 tribus, la plupart à titre posthume, pour leur rôle durant ce conflit.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.