NOUVELLES

Trump veut que la NFL suspende Marshawn Lynch la prochaine fois qu'il s'assoit durant l'hymne national

Le porteur de ballon s'est assis pour le «Star-Spangled Banner» et s'est levé pour l'hymne du Mexique avant la partie de dimanche.

20/11/2017 14:27 EST | Actualisé 20/11/2017 14:27 EST

Les attaques du président américain Donald Trump ont continué, lundi matin, alors qu'il critiquait le joueur des Raiders d'Oakland, Marshawn Lynch, pour être resté assis durant le «Star-Spangled Banner» et puis s'être levé pour l'hymne national mexicain.

Les Raiders affrontaient les Patriots de la Nouvelle-Angleterre à Mexico, dimanche. Après que les photos d'avant-match de Lynch soient devenues virales, Trump a suggéré sur Twitter que le porteur de ballon soit suspendu la prochaine fois qu'il demeure assis durant l'hymne national.

«Marshawn Lynch des Raiders d'Oakland se lève pour l'hymne mexicain et s'assoit au son des huées pour notre hymne national», a-t-il tweeté. «Gros manque de respect! La prochaine fois la NFL devrait le suspendre pour le reste de la saison. L'assistance et l'audience en forte baisse.»

Depuis qu'il est sorti de sa retraite pour se joindre aux Raiders, Lynch est resté assis ou s'est agenouillé durant tous les hymnes nationaux d'avant-match. En août, l'entraîneur des Raiders, Jack Del Rio, a confié au San Jose Mercury News que Lynch a avoué que demeurer assis durant l'hymne était quelque chose qu'il faisait depuis un bout de temps.

«Il a dit: "C'est quelque chose que je fais depuis 11 ans. Je ne fais rien d'autre qu'être moi-même"», a soutenu Del Rio. «Je lui ai dit: "Juste pour que tu comprennes comment moi je me sens, je crois fortement en se tenir debout pour l'hymne national, mais je vais te respecter en tant qu'homme. Tu fais ton truc, ok?" Alors, ce n'est pas un problème pour moi.»

Le tweet de Trump induit Lynch - qui a porté un gilet «Everybody vs. Trump» en octobre dans le groupe d'athlètes noirs et de figures sportives que le président a publiquement critiqué depuis qu'il est en poste, incluant Colin Kaepernick, Jemele Hill, Stephen Curry et, récemment, LaVar Ball.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.