NOUVELLES

Donald Trump peut-il ordonner, seul, une frappe nucléaire?

Est-ce que quelqu'un pourrait empêcher le président des États-Unis d'ordonner une attaque nucléaire anticipée?

14/11/2017 15:46 EST | Actualisé 14/11/2017 15:46 EST
Erik de Castro / Reuters

C'est une question à laquelle on ne s'intéressait pas beaucoup avant que Donald Trump soit élu: est-ce que quelqu'un pourrait empêcher le président des États-Unis d'ordonner une attaque nucléaire anticipée?

La réponse est non.

Le Congrès n'y pourrait rien, le secrétaire d'État n'y pourrait rien et, logiquement, les militaires qui auraient la responsabilité de concrétiser cet ordre n'y pourraient rien non plus.

Comme l'explique Bruce Blair, un expert du commandement de l'arsenal nucléaire, «le protocole d'utilisation des armes nucléaires confère à tout président un pouvoir capable d'anéantir la civilisation».

M. Trump, a-t-il écrit dans une lettre ouverte au Washington Post l'été dernier, «a le pouvoir non contrôlé d'ordonner une frappe nucléaire anticipée contre n'importe quel pays de son choix avec une simple commande verbale au Pentagone».

Ou, comme l'avait expliqué l'ancien vice-président Dick Cheney en décembre 2008, le président «pourrait lancer une attaque dévastatrice comme le monde n'en a jamais vue. Il n'a pas à consulter qui que ce soit. Il n'a pas à appeler le Congrès. Il n'a pas à consulter les tribunaux».

Et le monde a changé depuis dix ans, avec la menace nucléaire nord-coréenne qui se fait plus épeurante que jamais. Le paysage politique américain a lui aussi changé, et les adversaires de M. Trump — même au sein de son parti — se demandent maintenant s'il exerce un trop grand pouvoir sur l'arsenal nucléaire du pays.

Le sénateur républicain Bob Corker, qui compte parmi les principaux détracteurs du président, dit que plusieurs élus remettent en question les pouvoirs du président et le recours aux armes nucléaires.

L'historien Alex Wellerstein, qui a étudié de près l'autorité nucléaire du président, espère que la discussion «jettera un peu plus de lumière sur l'utilisation présidentielle des armes nucléaires, car je pense que nous avons besoin de savoir et d'en parler».

Il ajoute que l'évolution du système américain est plus tributaire de la tradition et des précédents que des lois.

«La technologie de la bombe en elle-même ne nécessite pas une telle façon de faire, a-t-il dit par courriel. C'est le résultat des circonstances. Je crois que les circonstances qui ont accouché de ce système, et le monde dans lequel nous vivons, sont suffisamment différents que nous pourrions, et même que nous devrions, envisager une révision du système.»

Questionné à brûle-pourpoint à ce sujet lundi, le secrétaire à la Défense Jim Mattis a patiné quand on lui a demandé quel rôle il jouerait dans une éventuelle décision du président d'utiliser des armes nucléaires: «Je suis le principal conseiller du président concernant le recours à la force», a-t-il dit. Quand on lui demande s'il est confortable avec le système actuel, il répond «Je le suis», sans s'avancer plus.

Certaines facettes de l'autorité nucléaire présidentielle sont secrètes et donc très mal connues du public. Le système favorise une prise de décision rapide, et non des débats interminables, car la rapidité est essentielle face à un adversaire comme la Russie qui — contrairement à la Corée du Nord — dispose de suffisamment d'armes nucléaires pour incinérer les États-Unis en quelques minutes.

Après une attaque lancée depuis un sous-marin nucléaire russe, le président pourrait avoir moins de dix minutes pour décider de sa réplique, selon un rapport publié en décembre 2016 par une spécialiste des armes nucléaires du Congrès.

Un président qui déciderait de lancer une frappe nucléaire — anticipée ou en riposte à une attaque — consulterait tout d'abord le secrétaire à la Défense, le chef d'état-major de l'armée américaine et d'autres conseillers. Le commandant du Commandement stratégique des États-Unis présenterait des options au président, qui prendrait ensuite sa décision.

Le président s'identifierait au Pentagone à l'aide de codes qui lui sont uniques et qui sont inscrits sur une carte qu'il garde sur lui en tout temps. L'ordre d'attaquer serait alors transmis au Pentagone et au Commandement stratégique.

M. Blair prévient qu'il est ensuite impossible d'annuler l'ordre du président, tout comme il est impossible de détruire les missiles une fois qu'ils ont été lancés.

Même si la bombe nucléaire est entre les mains de l'armée, elle est essentiellement une arme politique en raison de sa puissance destructrice inimaginable. Cela explique pourquoi toutes les décisions concernant son utilisation sont concentrées dans le bureau qui détient le pouvoir politique ultime: celui de la présidence.