DIVERTISSEMENT

Les comportements déplacés du réalisateur Sylvain Archambault dénoncés

Humiliations, blagues de mauvais goût, consommation d'alcool durant les tournages...

08/11/2017 10:41 EST | Actualisé 08/11/2017 10:43 EST
Facebook/Mensonges

Sylvain Archambault, réalisateur de séries à succès comme Les pays d'en haut et Mensonges et du film Pour toujours les Canadiens, est la plus récente personnalité québécoise à être visée par des allégations d'inconduites professionnelles et sexuelles.

Dans un article publié ce mercredi 8 novembre, dans La Presse+, Katia Gagnon et Stéphanie Vallet, qui sont à l'origine de l'affaire Éric Salvail, révèlent les confidences d'une vingtaine de comédiens et techniciens ayant travaillé avec le réalisateur.

On lui reproche notamment d'humilier ses collègues de travail, de placer les actrices dans des positions inconfortables durant les auditions, de faire des blagues de mauvais goût et de boire sur les plateaux de tournage.

«J'ai vu le premier assistant de Sylvain Archambault lui remplir sa tasse à café en carton avec de l'alcool. On était en pleine scène et je voyais bien que notre réalisateur avait bu», confie l'auteure Danielle Trottier.

Archambault aurait aussi l'habitude de tourner des scènes malaisantes qui ne font pas partie des scénarios qu'il doit porter à l'écran. Une comédienne déclare d'ailleurs qu'il prend plaisir à «humilier ses comédiens».

«J'étais terrorisée, nu-seins, et il me hurlait dessus. J'étais comme prise en otage. Il ne te demande pas si tu es à l'aise. Il te crie : "Déniaise!". (...) Il a souvent laissé tourner la caméra pour me faire dire toutes sortes de niaiseries, parfois à connotation sexuelle. Il m'a demandé de cracher au visage de mon partenaire de scène, de le frapper à coups de poing», confie-t-elle.

Habituée de collaborer avec le réalisateur, la productrice Fabienne Larouche a assuré qu'elle ne travaillait plus avec lui. «Une employée a aussi quitté quatre jours avant la fin du tournage pour des raisons similaires. Un conflit d'horaire avec la série Mensonges a terminé notre relation d'affaires avec Sylvain Archambault, de telle sorte que nous n'avons pas eu à clarifier avec lui les allégations le concernant.»

Pour sa part, Sylvain Archambault confirme qu'il peut être «un peu grivois» sur les plateaux. «On n'est pas dans un bureau d'avocats. C'est plus libéral. C'est plus ouvert», avance-t-il. Il nie cependant catégoriquement avoir tourné des scènes superflues de nature sexuelle et d'avoir tenu des propos déplacés.

«Je n'ai pas le luxe d'inventer des scènes. Je n'ai pas le temps ni l'argent. Mais on est un laboratoire, on crée. On essaie des choses.»

À voir également :