NOUVELLES

Aisha Walker de Winnipeg s'est fait frapper violemment pour avoir défendu une victime de harcèlement sexuel

Malgré son expérience difficile, elle a avoué qu'elle n'hésiterait pas à aider d'autres femmes qui ont besoin d'aide.

07/11/2017 15:49 EST | Actualisé 07/11/2017 15:53 EST
AISHA WALKER

Une femme de Winnipeg aura besoin de passer plusieurs heures chez le dentiste après avoir été frappée par un étranger dans un autobus, tout ça parce qu'elle a essayé d'intervenir dans un cas de harcèlement sexuel.

Aisha Walker a pris l'autobus sur le trajet numéro 11, samedi soir. Peu après, un homme «sans abri et intoxiqué» a commencé à harceler sexuellement une jeune femme, a écrit Walker sur GoFundMe.

«Après 10 minutes, je me suis levée, et je me suis positionnée entre ces deux personnes pour que l'homme ne puisse plus lui parler. Il était fâché que je fasse ça et on a commencé à se chicaner verbalement.»

Mais ce n'était pas lui qui l'aurait attaqué.

GOFUNDME
Aisha Walker dit qu'elle a besoin d'un traitement de canal, d'une couronne et de plombages après s'être faite attaquer par un étranger à l'intérieur d'un bus à Winnipeg.

Un troisième passager s'en est mêlé, écrit Walker, lui disant à elle et à l'autre homme qu'ils étaient tous deux stupides. Quand elle lui a demandé pourquoi c'était stupide d'aider une femme qui se faisait harceler, il s'est fâché.

Le témoin a commencé à blasphémer et à crier qu'il serait heureux de «sortir de l'autobus» pour s'occuper d'elle.

Lorsque Walker lui a demandé ce que ça prouverait, l'homme l'a frappée «directement sur la bouche avec force.»

Des chirurgies dentaires importantes sont requises

Elle a maintenant un oeil au beurre noir et sept dents brisées. Quelques-unes sont tellement endommagées que les nerfs sont exposés.

«Respirer me fait mal», raconte la maman d'une fille de 5 ans et qui travaille dans une librairie.

Elle a ouvert sa page GoFundMe pour lever des fonds pour ses chirurgies dentaires - incluant le traitement de canal et la nouvelle couronne - de même que les frais de garde de sa fille pendant qu'elle se remet sur pied. Elle s'est depuis fait dire par Justice Manitoba que ses coûts seront couverts, donc elle a pris l'initiative de donner le reste des fonds à un groupe de soutien ou un refuge pour les femmes.

Je ne peux pas m'asseoir et voir ça arriver à quelqu'un devant mes yeux. Aisha Walker

Malgré son expérience difficile, Walker a avoué au HuffPost Canada qu'elle n'hésiterait pas à aider d'autres femmes qui ont besoin d'aide.

«La plupart de mes amies, sinon toutes, ont été harcelées sexuellement à un moment ou à un autre de leurs vies. Plusieurs l'ont été plusieurs fois», explique-t-elle dans un courriel.

«Elles sont des femmes normales de différents milieux. Après avoir entendu assez d'histoires comme celles-ci, je ne peux pas m'asseoir et voir ça arriver à quelqu'un devant mes yeux.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI: