NOUVELLES

Une compagnie donne aux non-fumeurs six jours de congé s'ils renoncent aux pauses cigarette

La mesure veut compenser les non-fumeurs pour le temps que d'autres passent en pause cigarette.

01/11/2017 16:28 EDT | Actualisé 01/11/2017 16:28 EDT

Une firme de marketing japonaise donne une nouvelle raison à ses employés d'arrêter de fumer. En effet, elle offre aux non-fumeurs six jours de vacances supplémentaires par année.

Le bonus de la compagnie Piala Inc., basée à Tokyo, veut compenser les non-fumeurs de ne pas prendre de pauses cigarette, ce qui prend au moins 15 minutes par jour, selon The Telegraph.

«Un employé non-fumeurs a mis un message dans la boîte de suggestion de la compagnie plus tôt cette année disant que les pauses cigarette causaient des problèmes», a expliqué le porte-parole de la compagnie, Hirotaka Matsushima. «Notre PDG a vu le commentaire et il était d'accord, donc nous donnons aux non-fumeurs plus de temps de congé pour compenser.»

L'offre a été faite aux employés en septembre et depuis, au moins 30 des 120 employés de la compagnie en ont profité, selon Matsushima.

BEHROUZ MEHRI VIA GETTY IMAGES
Des hommes fument des cigarettes dans une zone désignée dans le quartier Naka-Meguro de Tokyo.

Selon le Japan Times, PIala Inc. n'est pas la seule compagnie à vouloir réduire le nombre de fumeurs de sa main-d'oeuvre.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, environ 18 % des adultes japonais fument du tabac sur une base quotidienne. Le PDG de Piala, Takao Asuka, explique que la prime de vacances pour s'abstenir de fumer se voulait plus positive que négative.

Bloomberg via Getty Images
Environ 18% des adultes japonais fument, selon l'Organisation mondiale de la santé.

«J'espère encourager les employés à arrêter la cigarette à travers des primes plutôt qu'à travers des pénalités», explique-t-il au Times.

L'offre de vacances pourrait être saine pour les employés pour plusieurs raisons.

Le surmenage est un problème chronique pour les travailleurs japonais. La mort liée au surmenage, que ce soit par suicide ou par maladie cardiovasculaire, est connue en tant que «karoshi» au Japon.

Une étude faite par Expedia Japon l'an passé a trouvé que 53 pour cent des travailleurs japonais ne savent pas à combien de congés annuels ils ont droit, et 18% se sentent coupable de prendre des congés payés.

Les suicides liés au travail au Japon l'an passé sont en hausse de 45 pour cent par rapport aux quatre années précédentes pour les individus de 29 ans et moins. Ils sont aussi en hausse de 39% pour les femmes, a rapporté Reuters, citant le ministre du travail japonais.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.