POLITIQUE

Philippe Couillard invite l’UPAC à s’expliquer sur l’arrestation de Guy Ouellette

«Je suis certain que la direction de l’UPAC entend la population et son inquiétude.»

31/10/2017 13:11 EDT | Actualisé 31/10/2017 19:25 EDT

QUÉBEC – Le premier ministre Philippe Couillard invite l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à «donner publiquement le plus de précisions possible» sur l'arrestation du député de Chomedey, Guy Ouellette.

M. Couillard a réitéré que «de nombreuses questions restent sans réponses» après l'arrestation de son collègue, mercredi dernier, pour «des motifs encore imprécis». L'UPAC n'a pas confirmé le nom de l'individu arrêté ni porté d'accusations contre M. Ouellette depuis.

«Je suis certain que la direction de l'UPAC entend la population et son inquiétude, a dit le premier ministre. Je veux donc l'inviter, dans les limites que permettent les enquêtes en cours, à donner publiquement le plus de précisions possible.»

Son gouvernement a toutefois refusé de consentir à la motion du Parti québécois, appuyée par la CAQ et Québec solidaire, qui demandait à entendre le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, et le député Ouellette en commission parlementaire.

En point de presse, M. Couillard trouvait qu'il était « insensé » d'inviter une personne visée par une enquête et un corps policier à venir « débattre » de l'enquête en question.

« Je comprends que quand on est dans l'opposition, on veut bien qu'il y ait des débats, on veut que ce soit le plus transparent possible, mais il ne faut pas perdre de vue les raisons pour lesquelles les pouvoirs ont été séparés dans notre constitution. »

L'UPAC a depuis tenu une conférence de presse dans laquelle elle a refusé de porter des accusations contre M. Ouellette, soutenant plutôt que ce sera au Directeur des poursuites criminelles et pénales de prendre cette décision une fois l'enquête terminée.