NOUVELLES

Morte depuis 3 ans, elle reçoit encore des lettres de son concessionnaire automobile

Bien que le certificat de décès a été envoyé, son fils reçoit encore au moins une lettre par mois adressée à sa mère.

30/10/2017 12:04 EDT | Actualisé 30/10/2017 12:04 EDT

EXCLUSIF - Un concessionnaire automobile de Blainville, sur la Rive-Nord de Montréal, «harcèle» une cliente morte il y a plus de trois ans.

La famille de Marie-Josée Leduc est exaspérée. La mère de famille de deux grands garçons de 24 et 32 ans reçoit des lettres de son concessionnaire automobile, et ce, même si elle est décédée depuis 2014.

Le cadet de la famille ne sait plus à quel saint se vouer. Il a envoyé le certificat de décès à Ford Canada en 2015, mais rien n'a changé. «Je reçois encore au moins une lettre par mois de Ford adressée à ma mère. Plus personne de la famille ne demeure à cette adresse qui était celle de maman», raconte au HuffPost Québec, Louis-Karl Leduc.

Toujours inondé de lettres et se disant harcelé, le jeune homme de Saint-Eustache a récemment contacté le concessionnaire, en l'occurrence Blainville Ford. «Je leur ai dit de cesser les envois postaux au nom de ma mère. On m'a alors assuré que le message serait transmis.»

Rien pour calmer la colère du jeune homme, il a reçu la semaine dernière une autre lettre adressée à sa mère en provenance du concessionnaire qui l'invitait à venir changer de véhicule.

La correspondance en provenance de Blainville Ford est titrée: «Nous croyons que vous êtes actuellement dans une situation favorable.» Dans le premier paragraphe, on peut y lire: «Venez échanger votre Ford Fiesta 2014 pour un modèle de nouvelle génération sans piger dans vos économies!»

Courtoisie

«C'est la goutte qui a fait déborder le vase. Et c'est pour cette raison que j'ai contacté un journaliste pour dénoncer la situation en espérant que ça se règle une fois pour toute», de dire avec des fusils dans les yeux, Louis-Karl Leduc.

«En passant, si jamais le concessionnaire parvient à parler à ma mère au téléphone, dont le numéro est discontinué, j'aimerais bien moi aussi lui parler», lance-t-il avec ironie.

Coïncidence ou non, la journée de la publication (lundi), le directeur des ventes chez Blainville Ford, Marc Drainville, a assuré au HuffPost Québec que le dossier sera chose du passé. «Il y a effectivement eu un problème et je suis désolé pour la famille de Mme Leduc.»

Une situation désagréable qui pourrait s'expliquer par un manque de communication. «Ce problème est sans doute survenu en raison de nos banques de données qui peuvent être utilisées par nos partenaires, comme la compagnie qui a financé madame. Mais ce matin (lundi), j'ai personnellement pris le dossier en main pour m'assurer que M. Leduc ne reçoive plus jamais de lettre au nom de sa mère», a répété a plus d'une reprise M. Drainville.

«Si mon histoire permet à d'autres familles qui viennent de perdre un proche de ne pas subir pareil harcèlement d'un concessionnaire auto, mes démarches auront valu la peine», souligne Louis-Karl Leduc.

Il précise qu'il est incapable de faire son deuil chaque fois qu'il reçoit une lettre adressée à sa mère.

«L'image qui me revient constamment en tête c'est quand ma mère, atteinte d'un cancer, a pris une grande respiration et que le dernier souffle n'est jamais venu. J'étais à ses côtés lorsqu'elle est morte sur son lit d'hôpital il y a trois ans», livre avec émotion le jeune homme.

Il souhaite maintenant obtenir des excuses personnelles du concessionnaire.