POLITIQUE

Ligne rose: jusqu'à 25 G$, dit Coderre

Denis Coderre estime qu'il est irréaliste de penser que ce projet pourra être financé alors que Québec et Ottawa.

27/10/2017 13:25 EDT | Actualisé 27/10/2017 14:51 EDT

Le maire de Montréal, Denis Coderre, en a rajouté une couche dans le débat sur les coûts de la ligne rose proposée par Projet Montréal. Il estime que le coût pourrait atteindre jusqu'à 25 milliards de dollars.

Alors que Projet Montréal estime que sa ligne rose coûterait 6 G$, le maire Denis Coderre a répété sur plusieurs tribunes, notamment l'émission Tout le monde en parle, que la facture serait plutôt de 10 G$. Il est toutefois allé beaucoup plus loin lors d'une entrevue au HuffPost Québec, qui sera diffusée la semaine prochaine.

«Le problème c'est que la ligne rose, on nous dit que ça va coûter 6G$ mais c'est pas ça. J'ai dit que ça va coûter au moins 10 G$, mais c'est 15, 20, 25 G$.»

M. Coderre estime qu'il est irréaliste de penser que ce projet pourra être financé alors que Québec et Ottawa se sont déjà engagés à soutenir le Réseau électrique métropolitain, le prolongement de la ligne bleue du métro, la construction d'un nouveau garage à la station Côte-Vertu et d'autres projets de transport en commun.

«Chiffre imaginaire» répond Plante

Valérie Plante, chef de Projet Montréal, répond que les chiffres du maire n'ont aucun fondement.

«Denis Coderre a sorti un nouveau chiffre imaginaire de son chapeau ce matin. On propose une ligne de métro, pas un programme spatial», lance-t-elle.

Projet Montréal affirme s'être basé sur les coûts de divers projets de transport en commun lourd au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment les nouvelles lignes de métro de Barcelone et Paris. Selon des documents envoyés à Radio-Canada, le coût moyen d'un kilomètre en tunnel serait de 245 M$. Pour la ligne rose, le parti a estimé ses coûts à 250 M$ par km.

Consensus pour un prolongement du REM?

Parallèlement, un certain consensus semble émerger concernant le prolongement du Réseau électrique métropolitain vers l'est de Montréal, en lieu et place de la ligne rose.

Dans une entrevue accordée au journal Métro, Mme Plante affirme qu'elle serait prête à abandonner la nouvelle ligne en faveur du train de la Caisse de dépôt.

«Un REM ou une ligne rose, je suis très ouverte. Ce que je veux, c'est du transport collectif», a-t-elle dit au quotidien le 25 octobre.

Le lendemain, M. Coderre s'est rangé derrière la même idée lors d'une entrevue à Radio-Canada.

Rappelons que l'idée a été lancée sur Twitter par l'homme d'affaires Alexandre Taillefer. Contacté par le HuffPost Québec, M. Taillefer dit qu'il n'avait pas l'intention d'influencer la campagne électorale.

«Mais il faut prioriser les bons développements. Le métro est génial, mais des alternatives sont plus productives et moins coûteuses», affirme-t-il.