BIEN-ÊTRE

Les ados sont fous de Four Loko, à tort!

Elles pourraient vous envoyer directement aux urgences.

26/10/2017 09:53 EDT | Actualisé 26/10/2017 11:23 EDT
Joe Raedle via Getty Images

Les boissons énergisantes ont la cote chez les adolescents, malgré les dommages qu'elles peuvent causer à la santé. Mais qu'en est-il lorsque de l'alcool est ajouté à ce cocktail explosif?

Composées d'eau carbonisée, de sucre, d'arômes naturels et artificiels et de colorant, les boissons Four Loko affichent aussi une teneur en alcool à 11,9 %. Vendues en canettes de 568 ml, c'est l'équivalent de quatre verres de vin, en plus d'une teneur en sucre correspondant à 13 cuillères à thé. Mais il y a pire : la nouvelle marque québécoise FCKD UP ajoute de la caféine (sous forme de guarana) à sa boisson. Méchant trio ! Il faut savoir que la guarana contient naturellement de la caféine. Et il est pourtant interdit de vendre des mélanges d'alcool et de caféine au Canada. Manifestement, il vaudrait revoir la rigueur des lois canadiennes.

Ce qui inquiète simultanément, c'est la popularité de ces boissons. Même si ses fabricants respectent les normes d'étiquetage et les règlements concernant l'âge légal pour consommer de l'alcool, son réel public cible est habituellement plus jeune. Bien souvent, il ne connaît pas du tout sa tolérance à l'alcool. Pour cause, de plus en plus de cas de coma éthylique ou d'hospitalisations causées par une ingestion plus ou moins importante de ces boissons font les manchettes. TVA Nouvelles rapportait d'ailleurs en début de semaine qu'une jeune femme de 20 ans était tombée dans le coma après avoir bu une seule canette de Four Loko.

En matière de sucre, un contenant de Four Loko ou de FCKDUP contient plus que la limite quotidienne à ne pas dépasser selon les plus récentes recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soit l'équivalent de 12 cuillères à thé de sucres libres par jour pour un adulte moyen. Pour les enfants, l'OMS recommande même de viser un apport maximal de 5 % de l'énergie totale, ou l'équivalent de 6 cuillères à thé par jour. De plus, le sucre et les saveurs masquent le goût de l'alcool. Pas étonnant que cela encourage les jeunes adultes à en consommer jusqu'à plus soif.

Les adolescents sont les plus grands consommateurs de boissons sucrées au pays. Selon la Coalition québécoise sur la problématique du poids, les garçons de 14-18 ans en consomment en moyenne un demi-litre (500 ml) par jour. Les filles du même âge en consomment en moyenne un tiers de litre ou l'équivalent d'une canette par jour. Et cela ne tient même pas compte de leur apport en jus de fruits. Ça fait beaucoup de sucre!

Étant donné la teneur en alcool importante – et de caféine dans le cas des boissons FCKDUP - de ces boissons, cela entraine son lot d'effets secondaires : palpitations cardiaques, tremblements, perte de conscience, coma éthylique... Et puisque ce type de boisson est souvent indirectement publicisé auprès des jeunes adultes, il est urgent d'agir collectivement pour éviter qu'elles ne causent davantage de dégâts.

VOIR AUSSI :