POLITIQUE

Montréal propose des écoles... en zone industrielle

L'un d'eux se trouve derrière un port pétrolier...

25/10/2017 08:52 EDT | Actualisé 25/10/2017 13:25 EDT
AWelshLad via Getty Images

La Ville de Montréal a proposé des terrains jugés totalement inadéquats pour la construction de nouvelles écoles, selon un reportage de La Presse.

Selon le quotidien, la Ville a proposé à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) une quinzaine de sites lui appartenant. L'emplacement de plusieurs de ces sites serait toutefois fort problématique.

L'un d'eux se trouve derrière un port pétrolier. Ce serait le premier de trois terrains offerts en zone industrielle. Un autre est situé entre l'échangeur Turcot et des voies ferrées.

À l'inverse, aucun des terrains offerts ne se trouve sur le site de l'hippodrome, récemment acquis par la Ville. Un projet de 5000 unités de logement y est prévu. La liste ne contient pas non plus de terrains dans le centre-ville, où le maire Denis Coderre a pourtant promis de construire cinq nouvelles écoles dans le cadre de sa stratégie centre-ville.

«Les écoles sont le cœur d'un quartier. Ça prend une école primaire, une école secondaire, un centre de la petite enfance et d'autres choses dans les nouveaux développements», lance la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, en entrevue au HuffPost Québec.

Selon Mme Harel-Bourdon, la CSDM accueille environ 1000 élèves supplémentaires par année. Elle prévoit avoir besoin de 15 nouvelles écoles d'ici cinq ans.

Rappelons que le maire Coderre a signalé son intention de rapatrier au niveau de la Ville la responsabilité de construire des écoles. Mme Harel-Bourdon n'a pas souhaité se prononcer sur cette éventualité.

La CSDM estime que 59% de ses écoles primaires sont surpeuplées. Depuis 2010, 390 classes ont été ajoutées en agrandissant les écoles existantes et 142 autres classes verront bientôt le jour.

«On arrive au bout de ce qu'on peut faire avec les terrains que nous possédons actuellement», souligne toutefois Mme Harel-Bourdon.