BIEN-ÊTRE

L'alcool peut vous aider à parler une langue étrangère avec plus de fluidité

Du Chardonnay, quelqu'un?

25/10/2017 13:06 EDT | Actualisé 25/10/2017 13:06 EDT
pixdeluxe via Getty Images

Dire «hello» est votre nouvelle raison préférée de vous servir un verre de vin.

Une petite étude publiée la semaine dernière dans le Journal of Psychopharmacology montre qu'une petite quantité d'alcool peut aider les gens à mieux parler une langue étrangère. Les chercheurs ont trouvé que l'imbibition aide les gens à parler avec davantage de fluidité une langue non maternelle.

Les auteurs de l'étude ont observé 50 locuteurs allemands natifs qui fréquentaient une université aux Pays-Bas, où les cours étaient donnés en néerlandais. Chaque participant avait indiqué qu'il buvait de l'alcool à l'occasion. Les participants avaient aussi passé récemment un test de compétence en néerlandais.

Chaque volontaire devait engager une conversation de deux minutes enregistrée avec un interviewer en néerlandais. La moitié des participants a reçu de l'alcool avant le début de la discussion, alors que l'autre moitié recevait de l'eau. La quantité d'alcool dépendait du type de corps de chaque personne. (Par exemple, un homme pesant 150 livres recevait un peu moins qu'une pinte de bière.)

Les conversations étaient ensuite évaluées par deux locuteurs natifs néerlandais, qui ne savaient pas quels participants avaient bu de l'alcool ou non. Les participants devaient aussi noter leurs propres performances.

Ceux qui avaient bu de l'alcool n'évaluaient pas mieux leur performance que ceux qui avaient bu de l'eau, ce qui indique qu'ils ne sentaient pas nécessairement plus fluides que les buveurs d'eau.

Cependant, les néerlandophones ont vu les choses différemment. Ils ont noté les buveurs d'alcool comme étant plus fluides en néerlandais que ceux qui avaient bu de l'eau - spécifiquement lorsqu'il s'agissait de la prononciation. Sur des critères comme le vocabulaire et la grammaire, les deux groupes étaient comparables, selon les locuteurs néerlandais.

Il y a par contre quelques mises en garde. La quantité d'alcool est la clé, pour les débutants. Les chercheurs émettent l'hypothèse que trop boire peut avoir l'effet inverse, empirant la maîtrise d'une autre langue en raison des troubles de l'élocution.

On ne sait pas non plus quels étaient les niveaux de stress ou l'état émotionnel des participants au moment du test - des facteurs qui peuvent aider ou compromettre la performance d'une personne. Les auteurs de l'étude ont noté que cette expérience devrait être menée avec d'autres langues étrangères pour voir si le même effet se produit.

Tout de même, les chercheurs ont conclu qu'un petit peu de courage liquide peut aider quand il s'agit de maîtrise linguistique.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit et adapté de l'anglais.

Combien de sucre résiduel contiennent ces verres d'alcool?