BIEN-ÊTRE

Un premier club privé pour amateurs de vin ouvre ses portes à Montréal

Un tout nouveau concept unique en son genre.

24/10/2017 10:43 EDT | Actualisé 24/10/2017 10:59 EDT
Facebook

Vous êtes fanatique de bon vin, mais votre micro condo ne vous permet pas d'avoir une cave à la hauteur de vos ambitions ? Jetez un œil au tout nouveau club privé unique en son genre, Le Parloir.

Le concept est simple. L'abonnement annuel donne droit à un espace cellier, soit un casier où entreposer ses bouteilles de vin, ainsi qu'aux espaces communs où échanger entre les membres.

C'est donc l'endroit idéal pour entreposer, partager et consommer une bonne bouteille de sa propre collection.

« Le but est de créer une communauté autour du vin, et ce, autant pour les grands amateurs que ceux qui s'y connaissent moins, mais qui sont curieux. Il y a plein d'opportunités de développer ses connaissances sur place. C'est aussi un bel endroit de partage pour brasser des affaires et réseauter », explique d'entrée de jeu la présidente et fondatrice du Parloir, Sandrine Balthazard.

Retour aux sources

Mme Balthazard était déjà familière avec le milieu du vin avant d'ouvrir son club privé. En effet, ses parents ont fondé l'agence d'importation Vins Balthazard, en 1995, où elle agit depuis quelques années à titre de vice-présidente marketing et commercialisation.

L'idée du club privé a donc germé lors d'un voyage vinicole en Allemagne, que Sandrine et son frère ont effectué en 2014. Tombée sous le charme de ce concept unique, elle s'est aussitôt mise à travailler sur son projet de club privé, ouvert exclusivement aux abonnés. Il s'agit d'ailleurs du tout premier en son genre à voir le jour à Montréal.

« Au 18e et 19e siècle, dans la bourgeoisie anglaise, le parloir était la pièce de la maison destinée à recevoir et à divertir. Au fil des années, ça s'est perdu, mais je trouvais intéressant de ramener le concept du parloir où recevoir des amis et clients, mais à l'extérieur de chez soi », précise la jeune femme d'affaires.

Entre passé et présent

Côté décor, Mme Balthazard a fait confiance à la designer Amlyne Phillips (Jatoba, Kampai Garden), pour donner vie à ce projet haut de gamme, situé dans une ancienne manufacture datant de 1890, au cœur du quartier Griffintown.

« Elle recycle beaucoup d'antiquités. Elle donne une deuxième vie aux meubles et moi, j'aime beaucoup cette approche, qui cadre parfaitement avec celle du quartier et de notre local », poursuit-elle.

D'ailleurs, Sandrine a choisi de s'implanter à Griffintown parce qu'il s'agit du secteur où on a enregistré la plus forte croissance immobilière à Montréal, et ce, principalement pour le marché des microcondos. Mais également parce qu'il s'agit d'un quartier dynamique et branché, à deux pas du centre-ville et du Centre Bell.

Clientèle diversifiée

Bien que ce soit ouvert depuis deux semaines seulement, Mme Balthazard remarque déjà une belle diversité dans sa clientèle, qui oscille entre 30 et 50 ans.

« On a une belle clientèle d'affaires aussi. Des professionnels qui veulent parler affaires autour d'une belle bouteille de vin ou qui voient l'opportunité de réseauter », explique-t-elle, précisant que des forfaits corporatifs sont aussi offerts.

D'ailleurs, trois salles privées sont mises à la disposition des membres, pour organiser des rencontres ou des réunions professionnelles en toute discrétion.

Mais au final, Sandrine espère être en mesure d'attirer de nombreuses femmes dans son concept, même si c'est moins inné chez la gent féminine de prendre part à un club privé.

Le Parloir-caves privées

424, rue Guy / Griffintown (Montréal)

Les casiers à température contrôlée sont offerts par tranche de 100 bouteilles et les abonnements commencent à 1200$/année, soit 100$/mois.