BIEN-ÊTRE

Un nouveau cas prouve qu’il est possible de transpirer du sang

Les saignements peuvent se déclencher à tout moment lorsqu'on est atteint de cette maladie.

24/10/2017 14:59 EDT | Actualisé 24/10/2017 15:07 EDT
knape

Une jeune Italienne de 21 ans a été admise dans un hôpital parce qu'elle transpirait du sang.

À première vue, on pourrait penser qu'on fait face ici à une fausse nouvelle, mais ce phénomène est bien réel!

Dans un article publié dans le Canadian Medical Association Journal, les médecins italiens Roberto Maglie et Marzia Caproni ont relaté le cas d'une femme qui saignait des paumes de ses mains ainsi que de son visage bien qu'il n'y avait aucun signe de lésion sur sa peau.

Les saignements, que vivait depuis trois ans celle dont l'identité n'est pas dévoilée, n'avaient pas d'élément déclencheur apparent. Cela se produisait parfois pendant son sommeil. Les épisodes, qui pouvaient aussi se produire pendant qu'elle faisait de l'exercice, allaient d'une durée d'une à cinq minutes et s'intensifiaient en période de stress.

Canadian Medical Association Journal
La patiente italienne qui souffre cette maladie.

La patiente est devenue isolée socialement en raison de la honte liée aux saignements impromptus et montrait des symptômes de dépression majeure et de trouble de panique, ont expliqué les deux médecins italiens. Il n'y avait aucun antécédent de psychose avant l'apparition de cette condition.

Sa dépression et son trouble de panique ont été traités avec des médicaments, mais les saignements se sont poursuivis. Les médecins lui ont fait passer un examen médical complet qui s'est avéré tout à fait normal, même du côté de la coagulation de son sang.

Éventuellement, les médecins ont posé un diagnostic rare - et quelque peu controversé - de hématidrose ou de «transpiration de sang».

L'hématidrose est une pathologie caractérisée par la libération de sang dans la transpiration qui passe ensuite à travers la peau intacte.

Les médecins ont prescrit du propranolol à la jeune femme, un médicament généralement destiné à des gens avec des problèmes cardiaques, mais qui avait été utilisé dans le passé pour traiter l'hématidrose. Les saignements ont diminué avec ce traitement, mais ils n'ont pas complètement disparu.

Plusieurs raisons expliquent le début de l'hématidrose dans la littérature scientifique, bien qu'il est difficile d'en identifier la cause précise étant donné la rareté de la maladie. Malgré que cela ressemble à de la transpiration, l'hypothèse que le sang se rend à la peau en passant par les glandes sudoripares n'a pas encore été prouvée. Les saignements ont aussi été observés à des endroits sans glandes de sueur et les médecins ont émis l'hypothèse que le sang traverse peut-être des follicules en raison de défauts au derme qui est une partie qui compose la peau.

Des cas partout dans le monde

Dans un article de la médecin Jacalyn Duffin, une hématologue à la retraite qui est aussi une historienne de la médecine et une professeure de l'Université Queen's en Ontario, on peut lire que la première mention de cette maladie pourrait remonter aussi loin qu'à un écrit d'Aristote au troisième siècle avant Jésus Christ.

Expliquant avoir lu plusieurs articles sur des cas de «transpiration du sang» partout dans le monde, Duffin a indiqué qu'ils partagent étonnamment plusieurs points en commun quant à la manière dont ils sont déclenchés et de la façon dont ils se produisent.

«Plus je faisais de la recherche historique, plus je réalisais que ces personnes ne se connaissaient pas, donc elles ne pouvaient pas s'inspirer de ce que les autres avaient dit», a mentionné Duffin en ajoutant que des cas ont été recensés chez des enfants et même des bébés.

Dans les autres cas de cette maladie énumérés par Duffin, les saignements auraient lieu majoritairement dans le front, le cuir chevelu, le visage, les yeux et les oreilles. Malgré tout, la littérature scientifique ne réussit pas à s'entendre sur cette maladie.

VOIR AUSSI: