POLITIQUE

Projet Montréal veut au moins 40% de logement social et abordable

Valérie Plante compte utiliser le nouveau statut de métropole pour forcer la main des promoteurs immobiliers.

24/10/2017 12:33 EDT | Actualisé 24/10/2017 16:35 EDT
Olivier Robichaud

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, compte utiliser le nouveau statut de métropole pour forcer les promoteurs immobiliers à inclure 20% de logement social et 20% de logement abordable dans tout nouveau projet résidentiel.

Cette obligation s'appliquerait à tout projet de plus de cinq logements. Les projets de moins de 50 unités pourraient toutefois s'en soustraire en contribuant au fonds de la Stratégie de l'inclusion.

Mme Plante souligne qu'il s'agit d'une demande traditionnelle de Projet Montréal.

«Il y a de grands besoins en habitation à Montréal. En ce moment, il y a 25 000 familles qui sont en attente d'un logement abordable. Il y a aussi 40% des locataires montréalais qui dépensent plus de 30% de leurs revenus annuels pour se loger.»

La mesure s'ajouterait à l'obligation d'inclure 20% de logements familiaux, c'est-à-dire des logements comptant au moins trois chambres à coucher.

En fin de compte, Projet Montréal espère ainsi assurer la construction de 12 000 logements sociaux et abordables au cours d'un premier mandat. Cela s'ajouterait aux 1200 unités de logement pour itinérants promis la semaine dernière.

Irréaliste, répond Coderre

En début de campagne, le maire sortant Dénis Coderre a promis la construction de 950 logements sociaux par année par le biais d'une nouvelle mouture montréalaise du programme AccèsLogis. Il estime que le plan de Projet Montréal est irréaliste.

«Ce n'est pas une enchère, lance-t-il. Ce qu'on veut, c'est d'être capable de livrer la marchandise.»

M. Coderre estime que la Ville pourra favoriser le logement abordable et la mixité sociale à l'aide d'une typologie plus précise des permis de construction, un pouvoir accordé à Montréal en vertu du statut de métropole.

VOIR AUSSI: