POLITIQUE

Les nouveaux visages du conseil des ministres

Qui sont-ils?

11/10/2017 15:30 EDT | Actualisé 11/10/2017 21:11 EDT

QUÉBEC – Le premier ministre Philippe Couillard a revampé son cabinet des ministres à temps pour l'année pré-électorale, en ajoutant plus de femmes et plus de jeunes. Il est aussi allé chercher un ancien ministre pour le ramener à l'avant-plan.

Voici les nouveaux visages au sein du cabinet des ministres à surveiller dans les prochains mois.

Isabelle Melançon

LA PRESSE CANADIENNE

La députée de Verdun porte le « nouveau chapeau » de ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Elle dit entrer dans ses nouvelles fonctions avec « beaucoup de joie ». Heureusement pour elle, le dossier d'Énergie Est est déjà clos.

Mme Melançon a été l'attachée de presse de Line Beauchamp de 2003 à 2005, du temps où cette dernière était ministre de la Culture et des Communications. L'attachée de presse est ensuite montée directrice des communications du Parti libéral du Québec de 2005 à 2007, avant de devenir directrice générale des communications de la SODEC.

Plus récemment, Mme Melançon a été directrice de cabinet pour Hélène David, qui a été tour à tour ministre de la Culture et des Communications puis ministre responsable de l'Enseignement supérieur. Elle a été élue dans l'élection partielle de Verdun en décembre 2016, à la suite du départ de Jacques Daoust.

Avec sa grande expérience en culture, se sent-elle prête à maintenant faire face aux défis environnementaux? Elle répond qu'elle a un profil de gestionnaire qui lui sera utile dans ce nouveau portefeuille.

André Fortin

LA PRESSE CANADIENNE

Le ministère des Transports a un nouveau visage. Le député de 35 ans aura la difficile tâche de gérer un ministère qui a bouffé quatre ministres dans les trois dernières années. Il devra s'attaquer de front au dossier Uber, qui menace de quitter la province dans les prochains jours.

Même avec son jeune âge, M. Fortin n'est pas un nouveau venu en politique. Il a commencé sa carrière comme attaché de presse de feu Jean Lapierre, qui était ministre fédéral des Transports. Retourner dans ce domaine en tant que ministre est un « honneur incroyable » de son propre aveu.

Lors de son assermentation comme député en 2014, sa fille Maëlle avait causé la surprise en tentant de rejoindre son papa. Le scénario s'est reproduit cette fois-ci avec sa petite sœur Élodie, qui a volé la vedette à son père quelques secondes après avoir été confirmé ministre.

Véronyque Tremblay

LA PRESSE CANADIENNE

Après avoir été adjointe parlementaire à la ministre déléguée à la Santé publique et avoir suivi le dossier du cannabis de près, Mme Tremblay va maintenant assister son collègue André Fortin comme ministre déléguée aux Transports.

Diplômée du cégep de Jonquière, Mme Tremblay a été tant reporter que chef d'antenne à TVA et à TQS. Elle était à l'emploi du FM93 et chroniqueuse au Journal de Québec au moment de se lancer en politique.

L'ancienne journaliste avait réussi à arracher la circonscription de Chauveau – laissée vacante après le départ de Gérard Deltell au fédéral – des mains de la Coalition avenir Québec en 2015.

Marie Montpetit

LA PRESSE CANADIENNE

Lorsqu'on lui demande si elle a de l'expérience dans son portfolio, la nouvelle ministre de la Culture et des Communications répond qu'elle a étudié la musique pendant 20 ans et qu'elle est donc « excessivement dans (sa) zone de confort ».

Le patrimoine est également cher à ses yeux. La députée de Crémazie a récemment gagné son combat pour faire changer le nom de sa circonscription pour celui de Maurice-Richard, en l'honneur du hockeyeur qui y a habité pendant une cinquantaine d'années.

Diplômée en psychologie, en gestion et en santé environnementale, Mme Montpetit a travaillé dans le milieu de la santé avant de se faire élire en 2014. Elle était adjointe parlementaire du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avant de devenir à son tour ministre.

Filomena Rotiroti

LA PRESSE CANADIENNE

La députée de Jeanne-Mance-Viger est devenue la nouvelle présidente du caucus du gouvernement Couillard lors du remaniement. Elle succède ainsi à sa collègue Nicole Ménard, devenue whip en chef du gouvernement.

Mme Rotiroti se destinait elle aussi pour une carrière politique après des études dans le domaine à l'Université Concordia. Elle a été attachée politique, puis directrice de cabinet avant de se faire élire pour la première fois en 2008.

Comme élue, elle a été responsable des questions entourant l'immigration, d'abord comme porte-parole de l'opposition officielle puis comme adjointe parlementaire de la ministre de l'Immigration.

Robert Poëti

LA PRESSE CANADIENNE

Ce n'est pas un nouveau visage puisqu'il a déjà été ministre des Transports, mais M. Poëti effectue néanmoins un retour au cabinet comme ministre délégué à l'intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles.

Est-il déçu de son poste? L'ancien policier jure que non. Il maintient qu'il a un mandat « important », comme tous ses collègues d'ailleurs, et qu'il effectuera les tâches qui lui sont confiées « avec plaisir ».

« Les citoyens ne veulent plus entendre les choses qu'on a entendues à la commission Charbonneau, et ce sont des dossiers dans lesquels je vais travailler directement », dit-il en expliquant son nouveau poste.

Les nouveaux visages du conseil des ministres