DIVERTISSEMENT

La bande audio d'Harvey Weinstein est la suite horrible de celle de Trump d'Access Hollywood

La conversation est trop familière.

11/10/2017 15:24 EDT | Actualisé 11/10/2017 15:24 EDT
Alexander Koerner via Getty Images

L'article du magazine The New Yorker quant aux nombreuses allégations d'agressions sexuelles, dont plusieurs viols, commis par Harvey Weinstein vient avec une nouvelle bande audio de Weinstein qui admet avoir tripoté une mannequin en 2015.

La conversation est trop familière. Weinstein, qui a été capté sur bande audio pendant une enquête de la police, peut être entendu tour à tour suppliant et menaçant la mannequin Ambra Battilana Gutierrez, citant sa propre influence et son propre pouvoir tout en essayant de la diminuer.

À un moment, on l'entend dire: «je suis un homme célèbre.»

Cet enregistrement est étrangement semblable à la cassette infâme de 2005 d'Access Hollywood, sortie il y a presqu'un an, dans laquelle l'ancienne vedette de télé-réalité Donald Trump se vantait d'agresser sexuellement plusieurs femmes.

Trump s'était vanté à l'époque: «lorsque vous êtes une vedette, elles vous laissent faire. Vous pouvez tout faire.»

Suivant la publication de l'enregistrement par David Fahrenthold du Washington Post en octobre 2016, Trump a rejeté ses vantardises comme «une conversation de vestiaire.» Pendant ce temps, plus d'une douzaine de femmes se sont manifestées avec des histoires détaillant l'historique de misogynie de Trump.

Après que le New York Times eut publié un rapport révélateur sur Weinstein la semaine passée, Weinstein s'est excusé dans une déclaration énormément critiquée. Il a attribué son comportement au fait d'avoir «grandi dans les années 1960 et 1970, quand les règlements à propos du comportement au travail étaient différents.»

Lorsque confrontés à des allégations de mauvais traitements envers des femmes, Weinstein et Trump se fient aux mêmes tactiques: chercher à mettre en doute leurs accusateurs, menacer avec des procès, et s'entendre sur des règlements à l'amiable pour acheter le silence.

S'il n'y avait pas eu d'histoires sur Trump — ou d'accusations contre d'autres hommes puissants comme Bill Cosby et Roger Ailes et Bill O'Reilly de Fox News, les révélations n'auraient pas éclaté au grand jour.

Emily Nestor, une ancienne employée de Weinstein, dit que Weinstein l'a agressée sexuellement en 2014. Elle a raconté au New Yorker que certains des employés de premier plan de sa compagnie étaient au courant de son comportement. À cette époque, elle dit qu'Irwin Reiter, un dirigeant de longue date de Weinstein Company, a caractérisé son «mauvais traitement des femmes» comme un problème de longue date à l'interne.

Reiter a même contacté Nestor l'an passé, écrivant «Toute cette information sur Trump m'a fait penser à toi.»

Pendant la fin de semaine, le président Trump a dit qu'il «n'était pas du tout surpris» par les allégations contre le magnat hollywoodien, notant qu'il «connait Harvey Weinstein depuis longtemps.»

Le président n'a pas voulu dire s'il pensait que les actions de Weinstein étaient inappropriées.

Quand il s'est fait demander si l'historique de Weinstein était différent de la sienne, Trump a encore écarté la cassette d'Access Hollywood, disant que c'était une «conversation de vestiaire» et a refusé de répondre à d'autres questions sur le sujet.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

LIRE AUSSI:
»
Viols, agressions sexuelles, intimidations: de nouveaux témoignages contre Harvey Weinstein dévoilés
» Barack Obama se dit «écoeuré» par les révélations sur Harvey Weinstein
» Harvey Weinstein: Matt Damon et Russell Crowe dans l'eau chaude?

VOIR AUSSI: