POLITIQUE

Projet Montréal promet une ligne rose encore plus longue

Ce sont 11 stations supplémentaires qui sont désormais promises par Projet Montréal, en plus des 18 stations liant Montréal-Nord au centre-ville.

10/10/2017 14:59 EDT | Actualisé 06/11/2017 08:39 EST

La ligne rose promise par Projet Montréal serait encore plus longue que prévue. Si elle est élue à la mairie le 5 novembre, la chef Valérie Plante promet d'allonger le métro jusqu'à Lachine.

Les détails techniques de la ligne rose, projet phare de Mme Plante, ont été dévoilés mardi. Ce sont désormais 18 stations qui connecteront Montréal-Nord au centre-ville. Une seconde phase de construction ajouterait 11 stations vers l'ouest pour se rendre à Lachine.

La ligne rose desservirait notamment Lachine-Est, qui demeure le plus grand terrain à redévelopper sur le territoire montréalais.

Projet Montréal

«Si veut avoir le plus gros projet développement résidentiel à Montréal, il faut avoir du transport en commun en conséquence. En ce moment, on ne l'a pas», lance Sylvain Ouellet, conseiller de Projet Montréal dans Villeray-Saint-Michel-Park-Extension.

Au total, la ligne rose traverserait huit arrondissements sur une distance de 29 km. Une elle serait connectée à la ligne orange par la station Mont-Royal ainsi que par la Gare centrale, qui permettrait également une connectivité au futur Réseau électrique métropolitain (REM).

L'objectif de la ligne rose est d'augmenter le niveau de service du transport en commun dans le nord-est de la ville, tout en réduisant la congestion sur la portion est de la ligne orange. Le temps de parcours pour se rendre au centre-ville à partir de Montréal-Nord passerait de 60 minutes à 22 minutes, selon un calcul effectué par des chercheurs de l'École polytechnique.

Projet Montréal

Toujours 6 G$

Malgré les nouvelles stations, Projet Montréal estime toujours à 6 G$ le coût de sa nouvelle ligne de métro.

Selon M. Ouellet, le tronçon menant à Lachine coûtera beaucoup moins cher que le reste puisqu'il sera essentiellement hors terre et empruntera les rails du Canadien National (CN).

Les coûts de la portion initialement envisagée ont aussi été revus à la baisse à cause des possibilités offertes par la technologie du «grand tunnelier», qui n'était pas prévue dans l'annonce initiale de Mme Plante pendant sa course à la chefferie de Projet Montréal. Cette technologie, utilisée à Paris et Barcelone, permet de percer un tunnel unique avec des rails superposés, plutôt que de percer un tunnel par direction ou d'ouvrir les rues de Montréal.

Le coût du Grand Paris Express était initialement évalué à 22 G$, mais il pourrait atteindre 35 G$ pour un projet de 200 km. C'est 175 M$ par km contre 203 M$ par km pour la ligne rose.

Échéancier serré

Projet Montréal prévoit de terminer les évaluations, le montage financier, les consultations publiques et les appels d'offres à l'intérieur d'un premier mandat. La première pelletée de terre aurait lieu lors d'un second mandat, en 2021, pour une inauguration en 2025.

Mme Plante a défendu cet échéancier serré malgré les retards dans les divers projets de transport en commun au cours des dernières années, et malgré la forte demande en fonds publics pour le prolongement de la ligne bleue et le REM.

«Il y a des fonds pour le transport en commun en ce moment. Le momentum est là, il faut en profiter», affirme Mme Plante.

«Si on ne fait rien, on se dirige vers la catastrophe sur la ligne orange. On va se trouver dans la situation du métro de Tokyo, avec des hommes portant des gants blancs poussant les passagers dans les trains», ajoute le conseiller responsable du transport pour Projet Montréal, Craig Sauvé.

Rappelons que le premier projet de prolongement de la ligne bleue vers Anjou a été proposé en 1979. Le projet actuellement sur la table prévoyait une mise en chantier en 2017, mais la première pelletée de terre est désormais prévue en 2021 et les différents paliers de gouvernement n'ont toujours pas précisé les montants qu'ils sont prêts à y investir.

Selon Mme Plante, l'existence de la ligne rose dépend du financement des gouvernements fédéral et provincial.

Lors du lancement de sa plateforme électorale la semaine dernière, le maire Denis Coderre a dit qu'il était impossible de concrétiser un tel projet en si peu de temps.

Coalition Montréal a également proposé une nouvelle ligne, qui traverserait le mont Royal pour connecter la ligne bleue au centre-ville. Selon M. Ouellet, cette ligne concurrencerait le REM alors que la ligne rose lui est complémentaire.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​VOIR AUSSI: