POLITIQUE

Le chemin de la victoire de Projet Montréal?

Voici les six champs de bataille où Projet Montréal mettra les bouchées doubles pour faire des gains.

06/10/2017 17:22 EDT | Actualisé 06/10/2017 17:22 EDT
Olivier Robichaud

Parti marginal, puis opposition officielle, puis... parti du pouvoir? Projet Montréal croit pouvoir faire tomber certains des alliés les mieux connus du maire Denis Coderre – sans parler du maire lui-même – et remporter les élections du 5 novembre. Voici les six champs de bataille où Projet Montréal mettra les bouchées doubles pour faire des gains.

NDLR : Le HuffPost Québec a offert au maire Denis Coderre de parler de ses principales cibles. Il nous a refusé en répondant que «tous les arrondissements et toutes les équipes sont importants.»

Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

L'ancien fief de Michael Applebaum, condamné à 12 mois de prison pour avoir instauré un système de pots-de-vin, était le théâtre d'une véritable course à quatre en 2013. Russell Copeman, de Coalition Montréal, a remporté le siège avec moins de 30% des voix.

Aujourd'hui, la donne a beaucoup changé. Coalition Montréal et Vrai changement pour Montréal se sont effondrés et M. Copeman a rejoint le maire Coderre. Pour Guillaume Cloutier, chef de cabinet de Mme Plante, l'arrondissement est mûr pour un maire de Projet Montréal.

«Russell Copeman est responsable de l'habitation, mais CDN-NDG a un des parcs immobiliers les moins bien surveillés de Montréal», souligne M. Cloutier. Une affirmation confirmée par deux organismes de logement contactés par le HuffPost Québec.

En 2013, l'arrondissement a mis sur pied un programme d'inspection préventive des bâtiments. Le programme a mené au dépôt de poursuites contre des propriétaires récalcitrants, mais il a aussi connu certains ratés.

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Les troupes de Valérie Plante visent aussi un autre transfuge de Coalition Montréal, le maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard. Selon M. Cloutier, le parti espère que la grogne suscitée par le projet de Cité de la logistique lui coûtera cher.

La Cité de la logistique, un projet de développement industriel adjacent au Port de Montréal, a déjà fait l'objet de consultations publiques. Mais plusieurs résidents, inquiets des nuisances, ont été déçus du processus et ont réclamé que le dossier soit transféré à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Après avoir émis des réticences, M. Ménard a accepté.

Ahuntsic-Cartierville

Le maire d'Ahuntsic-Cartierville, Pierre Gagnier, a annoncé qu'il quitte la vie politique. Idem pour le conseiller et président du comité exécutif Pierre Desrochers.

Projet Montréal souhaite néanmoins que les élections du 5 novembre deviennent un référendum sur le bilan de M. Gagnier.

«L'administration Gagnier a une vision du développement qui ne fait pas l'unanimité. On donne carte-blanche aux promoteurs sans tenir compte des besoins des quartiers environnants», affirme M. Cloutier.

Certains projets ont fait sourciller par leur démesure. En 2012, un complexe résidentiel de 12 étages dans un secteur de maisons unifamiliales a été rejeté par l'OCPM. Plus récemment, un projet comprenant des édifices de plus de 20 étages près du boulevard l'Acadie a été accueilli par l'arrondissement, alors qu'il triple la hauteur maximale permise.

Montréal-Nord

À Montréal-Nord, la balance semble pencher très lourdement à la faveur de Denis Coderre. C'est là qu'il a bâti sa carrière politique comme député fédéral de Bourrassa et son parti a remporté tous les sièges par des marges de 60% et plus en 2013.

Projet Montréal mise sur l'appui de la communauté noire: trois des cinq candidats sont Haïtiens et le candidat à la mairie, l'ex-footballeur Balarama Holness, a des origines jamaïcaines.

«Je pense que beaucoup de gens de Montréal-Nord sont moins fidélisés par rapport aux personnages comme Denis Coderre. Ils ne voient pas que les jeunes ont un interlocuteur avec des projets qui répondent à leurs aspirations et ils ont un couteau entre les dents», affirme M. Cloutier.

Lachine

Un des plus gros inconnus de cette campagne électorale est l'arrondissement de Lachine. Le parti local du maire Claude Dauphin a remporté tous les sièges, mais a éclaté après des allégations de pots-de-vin visant M. Dauphin. Celui-ci n'a plus qu'un seul allié au conseil d'arrondissement.

Projet Montréal mise sur Maja Vodanovic pour la mairie, celle-là même qui a fait éclater au grand jour le scandale des terres contaminées sur le site Lachine-Est.

Denis Coderre présente aussi une candidate à ce poste, Nicole Ménard, alors qu'il ne l'avait pas fait en 2013. M. Cloutier croit tout de même que Projet Montréal a de bonnes chances.

«On n'a jamais eu plus de 80 membres à Lachine, on en a plus de 300 aujourd'hui. Il y a un facteur «flip the coin» parce qu'il y a plusieurs organisations compétitives et les districts sont petits. Mais chose certaine, il y a une odeur de fin de règne du côté de Claude Dauphine», affirme M. Cloutier.

Et pour le grand poste?

Le dernier sondage montre un resserrement entre Denis Coderre et la chef de Projet Montréal, Valérie Plante. Mais celle-ci n'a pas encore réussi à pencher la balance et le nombre d'indécis reste élevé.

«Pour nous, c'est juste un défi de la faire connaître, affirme M. Cloutier. C'est dans les deux dernières semaines que la campagne risque de s'accélérer. On veut créer un buzz, un momentum favorable à Valérie. C'est à ce moment-là que tout va devenir possible.»

Les élections municipales auront lieu le 5 novembre. Un jour de vote anticipé est prévu le 29 octobre.