BIEN-ÊTRE

Voici pourquoi la mort des vedettes nous affecte autant

«Quand ils meurent, c'est comme si un membre de notre famille élargie mourrait.»

03/10/2017 14:38 EDT | Actualisé 03/10/2017 14:41 EDT
Getty Images/iStockphoto

Personne ne voit venir la mort d'une vedette. Tandis que plusieurs vivent leur deuil, d'autres sont surpris de réagir aussi fortement: Je ne le connaissais pas. Alors pourquoi est-ce que je suis autant en colère?

La vérité, c'est qu'il n'y a pas de règle par rapport au deuil, explique David Kaplan, directeur de l'American Counseling Association. Les émotions sont tellement vastes qu'il est difficile d'identifier pourquoi elles se manifestent de certaines façons. Mais ça ne veut pas dire que parce qu'on ne peut pas expliquer le deuil qu'il n'existe pas, note Kaplan - et ceci est surtout vrai lors du deuil d'une vedette.

«On grandit avec ces gens, déclare Kaplan. On voit leurs films, on écoute leur musique sur une base régulière et on apprend vraiment à les connaître. D'une certaine façon, ils deviennent un membre de notre famille - surtout ceux qu'on aime vraiment - donc quand ils meurent, c'est comme si un membre de notre famille élargie mourait. C'est quelqu'un qu'on a l'impression de connaître.»

Ron Pownall via Getty Images
Tom Petty (à gauche) est mort le 2 octobre à l'âge de 66 ans. Bob Dylan à droite.

Ces morts sont ressenties à un niveau personnel parce qu'elles résonnent avec nous à un niveau profond, psychologique. Nous sommes en deuil des vedettes parce que notre rêve est d'imiter leur cheminement de carrière ou parce que la mort d'une vedette nous rappelle nous sommes nous-mêmes mortels, note Kaplan.

À l'époque des médias numériques, ces sentiments de perte - et éventuellement de guérison - sont intensifiés par le déversement de nouvelles informations, de mises à jour sur les médias sociaux, d'essais et d'articles de nouvelles à une vitesse ultra rapide. «Nous sommes des créatures sociales, on a besoin d'être avec d'autres gens quand on fait face à l'adversité», explique Kaplan. «Ça n'aura pas le même sens selon les générations. Ça peut vouloir dire être physiquement avec quelqu'un... et ça peut s'étendre jusqu'en ligne. Vous pouvez y trouver des centaines de gens qui disent : ''Je comprends ce que vous ressentez.'' Et c'est très guérisseur pour eux.»

Samantha Jeffries, coach d'affaires et blogueuse pour HuffPost, écrit que le déluge de tweets et de statuts Facebook ne fait qu'intensifier la perte d'une vedette - mais apportent aussi un espace pour le soutien. «Avec la possibilité d'échanger sur la mort et le deuil sur les médias sociaux, il y a un sentiment de besoin d'en faire partie», explique-t-elle. «Il y a un sentiment de faire partie d'une communauté pour ceux qui vivent leur deuil ensemble en publiant des pensées sur les médias sociaux. C'est presque comme si on partageait nos propres pensées et expériences pour que les autres les lisent.»

La mort d'une personne aussi admirée et dont la vie était dans la sphère publique crée automatiquement une connexion humaine, observe Kaplan. Par exemple, plusieurs se souviennent d'où ils étaient lorsqu'ils ont entendu parler de la mort d'icône comme Whitney Houston ou René Angélil.

«On veut savoir qu'on n'est pas seul, soutient-il. Donc quand je me sens triste à propos d'une vedette, je veux savoir qu'il y a d'autres personnes qui se sentent ainsi. Ce lien aide beaucoup.»

Pour ceux qui sont endeuillés à la suite de la mort d'une célébrité, Kaplan offre ces trucs et ces rappels:

Il n'y a pas de mauvaise façon de vivre son deuil

Ce n'est pas parce que vous êtes en deuil d'une vedette que vos sentiments sont moins importants, éclaircit Kaplan. Certaines personnes peuvent sentir un lien plus important avec une personne plutôt qu'avec une autre - que ce soit vos parents, un ami, un animal de compagnie ou un personnage public.

«Le deuil est très différent pour chaque personne, explique-t-il. Nous avons tendance à compartimenter le deuil et dire que nous devrions le vivre d'une certaine façon dépendamment de la personne. Mais le deuil est le deuil et les gens agissent de façon individuelle.»

Allez chercher de l'aide quand la situation devient trop difficile

Kaplan insiste sur l'importance d'aller chercher de l'aide professionnelle si le deuil devient trop bouleversant. «Le deuil est une fonction normale et naturelle, dit-il. Mais s'il commence à s'immiscer dans votre vie, alors il doit être abordé.»

Tirez avantage de certaines avenues pour exprimer votre deuil

Connectez avec les autres, que ce soit avec des gens que vous connaissez ou à travers les médias sociaux, fait une grosse différence dans le processus de guérison. Les conseillers, les psychologues, les psychiatres et même les lignes d'assistance téléphonique et les sites web sont disponibles si vous avez besoin de parler de votre deuil, précise Kaplan.

Mais soyez conscients de vos mots

Le point de référence de la dépression, stipule Kaplan, est un manque d'énergie et de volonté pour faire des activités quotidiennes comme travailler ou seulement être heureux. Et tandis que tout le monde est en deuil de façon différente, c'est important de remarquer la différence - et ça pourrait vraiment aider le processus de guérison. «Les gens utilisent beaucoup le mot ''déprimé''. La dépression est un terme clinique - et souvent, les gens disent qu'ils sont déprimés, alors qu'ils veulent dire qu'ils sont tristes. Les mots qu'on utilise sont très puissants et c'est important de faire la distinction.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

Ils sont décédés en 2017