POLITIQUE

Denis Coderre promet un comité consultatif sur les aînés

Le Conseil serait doté de moyens pour effectuer des recherches et faire des recommandations aux élus.

29/09/2017 10:15 EDT | Actualisé 29/09/2017 13:59 EDT
Olivier Robichaud

Le maire Denis Coderre promet de créer un Conseil des aînés, calqué sur le modèle des conseils consultatifs.

Selon M. Coderre, le Conseil serait doté de moyens pour effectuer des recherches et faire des recommandations aux élus. Il aurait un budget semblable à celui du Conseil des Montréalaises, qui dispose de ressources avoisinant 246 000$.

«Comme dans le reste du Québec, Montréal connaît d'importants changements démographiques et le nombre d'aînés montréalais est appelé à croître. [...] Ce conseil va veiller à ce que la Ville de Montréal soit toujours véritablement une ville amie des aînés», affirme le maire.

La Ville a adhéré en 2011 à la démarche Municipalité amie des aînés. La démarche vise à favoriser les déplacements, la sécurité et la dynamisation des milieux de vie pour les aînés, entre autres choses.

M. Coderre rappelle que, depuis février, le comité exécutif doit officiellement répondre aux avis déposés par les comités consultatifs.

Non au transport gratuit

M. Coderre a balayé du revers de la main la proposition de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), un think tank de gauche qui a proposé jeudi que le transport en commun soit gratuit pour tous.

«Écoutez, on peut bien dire que tout sera gratuit, mais il y a des impacts à ça. Je ne pense pas que ce soit réaliste parce que ça coûterait 620 millions $, selon les chiffres de l'IRIS.»

Idem pour la proposition du parti Projet Montréal, qui a promis la gratuité du transport en commun pour les enfants et les aînés. «L'argent va venir d'où?», demande le maire.

M. Coderre préconise plutôt l'idée d'un «tarif social» moins élevé qui serait disponible pour certaines clientèles, comme les moins nantis et les personnes âgées.

Le tarif social a été proposé par M. Coderre en 2013. Depuis, le gouvernement provincial a procédé à une réorganisation complète du transport en commun dans la région métropolitaine. La question des tarifs relève maintenant de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), dont le conseil d'administration est formé d'experts et d'élus du Grand Montréal.

«J'ai demandé à l'ARTM que leur prochain chantier soit d'envisager le tarif social», affirme le maire.

Par ailleurs, M. Coderre s'est félicité de la décision de l'ARTM de geler les tarifs pour tous les transporteurs de la région métropolitaine, y compris la Société de transport de Montréal, jusqu'en juillet 2018.