POLITIQUE

Changement de tactiques pour Équipe Denis Coderre?

Chose certaine, le maire prend sa rivale au sérieux.

29/09/2017 14:38 EDT | Actualisé 29/09/2017 14:38 EDT
Olivier Robichaud

Le maire de Montréal a-t-il changé de tactiques depuis la diffusion d'un sondage qui montre une course contre Valérie Plante? Chose certaine, selon un chercheur, il prend sa rivale au sérieux.

«Je ne suis pas l'opposition de l'opposition», voilà la phrase que servait jusqu'ici Denis Coderre chaque fois qu'un journaliste cherchait un commentaire sur une annonce de Projet Montréal. Or, dans les deux jours suivant la diffusion d'un sondage qui montre un écart de seulement 5% entre Mme Plante et lui, son parti a émis deux réactions officielles à des promesses formulées par l'opposition.

Mercredi, Projet Montréal avait accusé M. Coderre d'être prêt à signer un chèque de 500 millions $ au baseball majeur (MLB) pour un nouveau stade et le retour des Expos. Le maire a répondu par voie de communiqué en accusant Projet Montréal de faire des «approximations créatives [qui] démontrent son incapacité à gérer des dossiers d'envergure».

Le lendemain, après une promesse de ses adversaires de mettre en ligne les demandes de permis, le responsable de la Ville intelligente pour M. Coderre, Harout Chitilian, a convoqué un point de presse pour dire que la mesure était déjà prévue dans les fonctionnalités qui seront ajoutées au nouveau site web d'ici la fin de l'année.

«Je ne sais pas si c'est un changement de stratégie, mais on voit une évolution de la stratégie», affirme Bernard Motulsky, professeur à l'UQAM et expert en relation avec les médias.

«Il est difficile faire un lien direct [avec le sondage], souligne-t-il. Mais clairement, on prend son adversaire au sérieux.»

Sur le terrain de Projet Montréal

M. Coderre nie avoir changé de stratégie.

«Ce n'est pas une réaction, c'est une question d'être factuel. Quand on a parlé des permis, on a déjà lancé une application. Je suis très fier de notre bilan, très fier de ce qu'on a fait et très fier de notre équipe», affirme-t-il.

M. Motulsky estime toutefois que le maire risque d'embarquer sur le terrain de Projet Montréal.

«Dans une élection, celui qui cherche à prendre plus de place va essayer de provoquer l'autre pour l'amener sur son terrain, pour qu'il lui accorde de l'importance. Quand on est en mode réponse, on embarque sur le terrain de l'autre», affirme le professeur.

Selon M. Motulsky, M. Coderre n'est pas nécessairement sur une pente glissante. Mais, à tout le moins, les deux sorties récentes de son parti indiquent que la lutte est réellement engagée.

Une question de momentum

L'attaché politique de Mme Plante, Marc-André Viau, affirme pour sa part que le «momentum» est désormais dans le camp de Projet Montréal.

«Valérie Plante est connectée à la réalité des Montréalais et elle propose des solutions concrètes à leurs problèmes du quotidien. Ce n'est donc pas surprenant que notre adversaire soit en panique et désormais en réaction par rapport à nos annonces de campagne», dit-il.

Jusqu'à présent, seulement deux sondages ont été diffusés dans le cadre de la campagne, dont un commandé par Projet Montréal. Ce sondage donnait 36% d'appuis (43% une fois répartis les indécis) à Denis Coderre, soit 6 points de plus que le coup de sonde effectué trois mois plus tard pour le blogue Qc125.com.

En 2015, un sondage Léger Marketing donné 57% des voix à Denis Coderre, contre 13% pour le chef intérimaire de Projet Montréal, Luc Ferrandez.

M. Coderre a été élu à la mairie avec 32% des suffrages en 2013. Le paysage politique montréalais a toutefois bien changé depuis cette date. Coalition Montréal et Vrai Changement pour Montréal se sont effondrés avec le départ de leur chef respectif et plusieurs élus ont changé de veste pour adopter les couleurs d'Équipe Denis Coderre ou de Projet Montréal.

«Maintenant, il faudra voir si l'autre candidat à la mairie va brouiller les cartes, affirme M. Motulsky. Est-ce que Jean Fortier (NDLR: candidat de Coalition Montréal) va être capable de prendre sa place? Comment va-t-il essayer d'entrer dans l'arène?»

Trois candidats indépendants ont aussi annoncé leur intention de se présenter à la mairie de Montréal, soit Gilbert Thibodeau, Bernie Gerburg et Fabrice Ntompa Ilunga.