BIEN-ÊTRE

Cette émission repense la représentation des travailleurs du sexe

On n'arrête pas le progrès!

29/09/2017 12:02 EDT | Actualisé 29/09/2017 12:02 EDT
Instagram

La nouvelle série dramatique The Deuce, diffusée sur les ondes de HBO depuis le 10 septembre dernier, traite de la légalisation et de la montée subséquente de la pornographie à New York dans les années 1970.

Elle met en vedette James Franco, qui joue les jumeaux Vincent et Frankie Martino, et Maggie Gyllenhaal, qui prête ses traits au personnage d'Eileen «Candy» Merrell, une travailleuse du sexe à Times Square également femme d'affaires dans l'industrie de la pornographie.

@mgyllenhaal has officially returned to our screens! To celebrate, Style's entertainment editor @scarlettroserussell has listed 5 times we fell head over heels for the actress: 1. THE DEUCE, 2017 (ofc). Currently slaying in HBO's must-see-of-the-moment (Tuesdays, 10pm, Sky Atlantic), Gyllenhaal stars - and produces - opposite James Franco in this gritty tale about the porn industry in 1970s New York. 2. THE DARK KNIGHT, 2008. Replacing Katie Holmes as Batman's muse, Rachel and stealing scenes from the caped crusader (Christopher Bale) himself. 3. HYSTERIA, 2012. Never one to shy away from a mind-blowing storyline, she starred in a romantic comedy about the invention of the vibrator. 4. THE HONOURABLE WOMAN, 2014. Kicking off the trend for Hollywood actors moving to British primetime TV, she was praised for her lead role in the BBC's spy thriller. 5. DONNIE DARKO, 2001. Partly because she shares screen-time with her brother, Jake, partly because she's just awesome.

Une publication partagée par The Sunday Times Style (@theststyle) le

Dans les dernières semaines, The Deuce a reçu des critiques positives grâce à son approche progressiste et féministe.

La journaliste Emily Nussbaum du magazine The New Yorker a dit de la série qu'elle était certainement féministe, en plus d'avoir une équipe de réalisation formée à moitié par des femmes.

«La meilleure idée de la série est de ne pas faire une thèse sur le sexe, mais plutôt d'en exploiter les contradictions.» Elle a dit de la série qu'elle «traite les travailleurs du sexe comme emblématiques de n'importe quelle force de travail aliénée».

Ce portrait réaliste est dû au fait que l'équipe a invité des travailleurs du sexe et des défenseurs de leurs droits à participer à l'écriture de la série. Parmi eux: Crystal DeBoise et Melissa Broudo, co-directrices exécutives du Shamus Outlaw Advocacy and Rights Institute à Brooklyn. Elles ont été impliquées dans l'émission dès ses débuts, selon Broadly.

«J'ai été impressionnée par la volonté de tout le monde d'essayer de comprendre les problématiques qu'ils abordaient. Ils essayaient vraiment d'éviter les stéréotypes du travail du sexe. En tant que défenseure, je trouvais ça rafraîchissant de voir cette attitude venant du monde du divertissement» a expliqué DeBoise à Broadly, rajoutant qu'il est très rare de voir une représentation respectable des travailleurs du sexe.

Ce qui n'est pas le cas de The Deuce. On montre que les travailleurs du sexe sont uniques, qu'ils travaillent différemment et vivent des réalités différentes.

«L'émission démontre également que même si tous ces individus sont des travailleurs du sexe, ils aiment leur travail de façons différentes. Certains se sentent pris alors que d'autres ont de l'ambition dans le domaine. C'est inhabituel et je ne peux pas penser à une autre émission qui a ce niveau de détails et d'authenticité» explique DeBoise.

Broudo est d'accord, notant que les personnages nuancés offrent une représentation réfléchie par rapport aux différents aspects de l'industrie du sexe.

Selon DeBoise, «la réalité est plusieurs réalités.» Elle critique le cliché de la victime ou de la putain, expliquant que la réalité est en fait beaucoup plus complexe et nuancée.

«On veut que les médias montrent que les travailleurs du sexe sont tous humains en exposant toutes les dimensions de leurs vies, pas seulement quand ils travaillent. Ils font partie intégrale de la société» explique Broudo.

Emily Nussbaum du magazine The New Yorker a aussi apprécié l'approche nuancée de l'émission. «C'est une émission à propos d'un monde brutal et sale, mais qui traite le désir comme quelque chose de profond et de complexe, pas seulement comme une fantaisie pour le consommateur masculin» écrit-elle.

Même l'actrice Dominique Fishback, qui joue la prostituée Darlene dans la série, apprécie l'approche féministe et humaine de la série.

«Je ne voulais pas représenter Darlene comme le stéréotype de la prostituée. Elle va être une prostituée de toute façon, peu importe comment je la joue. J'essaie seulement d'être quelqu'un» explique-t-elle.

«J'entend souvent que c'est une émission de pornographie, mais quand on pense à pornographie, on pense à une perspective masculine. Mais ça a été filmé par Michelle, donc on a la perspective féminine de la situation, et la nudité en fait partie, mais ce n'est pas une émission de pornographie. C'est à propos de la vie.»

The Deuce repense l'industrie du sexe d'une perspective féministe et ouverte, et ça marche! D'ailleurs, on sait déjà que l'émission sera de retour l'an prochain pour une deuxième saison.