DIVERTISSEMENT
20/09/2017 08:38 EDT | Actualisé 20/09/2017 10:22 EDT

Tintin est une fille, selon le philosophe Vincent Cespedes

Si elle était vérifiée, cette théorie bouleverserait le monde de la bande-dessinée.

Il y a des théories sur tout, mais si celle-ci était vérifiée, elle bouleverserait probablement le monde de la bande dessinée. Sur son compte Facebook, ce mardi 19 septembre, le philosophe et essayiste Vincent Cespedes tente effectivement de prouver dans un long message pourquoi nous nous trompons depuis des années sur Tintin. Car le reporter belge serait en réalité... une fille.

Oui, une fille. Selon cet argumentaire, Hergé a de quoi rire, car 30 après sa mort et plus de 80 ans après le premier Tintin, Tintin aux Pays des Soviets, tout le monde est encore persuadé que c'est un garçon. Vincent Cespedes l'écrit d'ailleurs lui-même : cette farce est tellement «énorme» que «les plus férus des tintinophiles, du philosophe Jean-Luc Marion au cinéaste Steven Spielberg, ne l'ont même pas décelée».

Le philosophe voit en Tintin «une rouquine androgyne aux yeux bleus». Et pour Cespedes, Tintin est «vraisemblablement asexuelle». Mais quels sont les arguments de cette loufoque plaidoirie?

Pour le philosophe, l'identité secrète du héros de la bande dessinée ne fait aucun doute, Tintin a toujours été une fille. Même s'il reconnaît que ce n'est pas flagrant dans les albums, car le personnage n'a pas de poitrine et porte des vêtements d'homme, il souligne en revanche certains aspects de son physique, dont les yeux qui n'ont pas de couleur ni de cils.

Mais Vincent Cespedes va plus loin et ne s'arrête pas au graphisme. Pour lui, les scénarios aussi sont probants. D'abord, Tintin est très poli et peu bagarreur, ce qui constituerait des preuves de caractère selon le philosophe. Dans Le temple du soleil, par exemple, il se dit «désolé» lorsqu'un méchant se fracasse le poing en voulant le frapper. Dans Tintin chez les Picaros également, Tintin promet au général Tapioca que son coup d'état se passera «sans effusion de sang».

L'essayiste poursuit en ajoutant que «les coups-de-poing que Tintin sait distribuer aux brutes cachent mal sa bienveillance et sa douceur inébranlable. Et c'est déguisée en garçon prétendument 'journaliste' qu'elle traverse et effleure sans les inquiéter la misogynie des cultures, la pudeur des mœurs, la bêtise des préjugés».

Cette bienveillance prouve que Tintin est une fille selon Cespedes. Car d'après le philosophe, il est aussi très attentionné, en prenant en exemple sa rencontre avec le capitaine Haddock dans Le Crabe aux Pinces d'Or. Alors que la situation est urgente et qu'ils doivent s'échapper au plus vite, il pense à raisonner le Capitaine ivrogne. L'essayiste rapporte cette phrase de l'histoire : «Il faut m'aider. Et d'abord vous allez me promettre de ne plus boire. Songez à votre dignité, capitaine. Que dirait votre vieille mère si elle vous voyait dans cet état?» Et le capitaine s'effondre en pleurant «Maman!»

Going native. The Black Island, Hergé, 1966. #tintin

Une publication partagée par Deeky Stardust (@deekystardust) le

Enfin, l'ultime argument de Vincent Cespedes repose sur le rapport de Tintin aux vêtements et accessoires, car il remarque que «dès qu'elle le peut, la jupe ou la robe fait son apparition». Il reprend le cas de Tintin chez les Picaros où le très têtu journaliste porte justement une jupe lorsqu'il triomphe du Général Alcazar. À ce moment, Tintin est d'ailleurs précisément déguisé en jeune à moustache... pour se faire passer pour une homme. Le philosophe y voit un pied de nez et un message à prendre à double sens. C'est aussi le cas dans L'Île noire où Tintin porte un kilt en Écosse alors que rien ne l'y oblige.

Plusieurs indices auraient été disséminés dans les ouvrages d'Hergé et la plaisanterie bien gardée depuis. L'essayiste cite encore Le Secret de la Licorne dont le secret serait contenu dans le symbole phallique de la «créature merveilleuse» ou «Les Bijoux de la Castafiore» où Tintin est représenté sur la couverture un doigt sur la bouche en train de faire «chut», qui «fait implicitement référence aux 'bijoux de famille' qu'elle n'a pas, et au fait que Bianca Castafiore soit en réalité... un castra», selon son analyse.

Ce texte a été publié originalement dans leHuffPost France.

À voir également :