POLITIQUE

« Si l'égalité hommes-femmes est atteinte, qu'on me le démontre », dit la mairesse de Longueuil

La mairesse de Longueuil a accepté de se prononcer sur ce terrain qu'elle considère glissant

20/09/2017 17:29 EDT | Actualisé 20/09/2017 17:31 EDT
Olivier Robichaud

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, aimerait que la présidente du Conseil du statut de la femme démontre en quoi l'égalité entre les sexes est «presque acquise», comme elle l'a affirmé lundi au Journal de Québec.

Mme St-Hilaire a accepté de se prononcer sur ce terrain qu'elle considère glissant, en marge d'une entrevue sur son livre Se faire entendre (à lire dans le HuffPost Québec demain).

«Le fait de dire que l'égalité entre les hommes et les femmes est acquise, en droit, c'est vrai. En termes de droits, sur papier, c'est vrai. Ce que j'aimerais entendre de la présidente [Louise Cordeau], c'est de savoir est-ce que c'est acquis dans la réalité? Si oui, qu'on me le démontre. Sinon, qu'on nous explique pourquoi.»

En ce qui concerne un éventuel changement de nom du Conseil du statut de la femme, Mme St-Hilaire estime que ce changement ne doit pas être accompagné d'un changement de sa mission.

«Il faut qu'on ait un organisme qui parle de la condition féminine», souligne-t-elle.

Mardi, l'ex-ministre de la Condition féminine Christine Saint-Pierre s'est dite choquée par les propos de Mme Cordeau.

Avant de devenir mairesse, Mme St-Hilaire était porte-parole du Bloc Québécois en matière de condition féminine. C'est d'ailleurs en adoptant ce rôle qu'elle a commencé à se définir comme féministe.

«Je n'avais jamais pensé que, parce que je suis une femme, je ne pouvais pas faire comme les gars. Je n'ai jamais pensé que j'étais différente. Mais à l'usage, à la force de rencontres, on réalise que finalement il y a des choses qui sont plus difficiles pour les femmes», raconte la politicienne, qui passera le flambeau cette année après deux mandats à diriger Longueuil.

Cette municipalité de la Rive-Sud se trouve d'ailleurs dans une situation assez inusitée. Les trois candidats à la mairie sont des candidates. L'ancien bras droit de Mme St-Hilaire, Sylvie Parent, l'a remplacée à la tête du parti Action Longueuil. Une autre ex-collègue, Josée Latendresse, a brisé les rangs pour former son propre parti avec une poignée d'autres élus. Finalement, l'ex-députée Sadia Groguhé se présente pour Option Longueuil, le parti du chef de l'opposition Robert Myles.

Une situation qui réjouit Mme St-Hilaire. La situation est toutefois différente ailleurs au Québec, bien que la proportion de femmes en politique augmente graduellement. Lors des élections municipales de 2013, seuls 18% des candidats à la mairie et 31% des candidats comme conseillers municipaux étaient des femmes selon les chiffres du ministère des Affaires municipales.

À Montréal, le maire Denis Coderre et sa principale rivale, Valérie Plante, ont tous deux annoncés la parité dans leurs équipes de candidats. Ils ont aussi promis que le prochain comité exécutif sera paritaire.