BIEN-ÊTRE

Voici à quoi ressemble la vie sexuelle d'un jeune Québécois selon une étude

Il y a matière à discussion!

19/09/2017 15:15 EDT | Actualisé 19/09/2017 16:34 EDT

Selon une étude publiée aujourd'hui par l'Institut national de santé publique du Québec, les jeunes Québécois seraient satisfaits de leur vie sexuelle. En effet, les jeunes Québécois évaluent leur bien-être sexuel des 12 derniers mois à 7 sur 10 en moyenne.

L'étude a recueilli l'information de 3400 jeunes Québécois âgés de 17 à 29 ans en 2013-2014.

L'étude démontre notamment que 50% des jeunes femmes et 40% des jeunes hommes ont eu une première relation sexuelle avant l'âge de 17 ans.

Les jeunes Québécois ont peu de partenaires sexuels. Environ un jeune adulte sur cinq n'a jamais eu de partenaire sexuel, quatre sur dix ont eu un seul partenaire et 7% ont eu 7 partenaires et plus. Un jeune adulte sur cinq aurait eu des relations avec différents partenaires sur une même période donnée.

On voit aussi que les applications mobiles deviennent une façon pour les jeunes Québécois de rencontrer de nouveaux partenaires sexuels. L'étude nous apprend qu'une femme sur quatre et quatre hommes sur dix ont rencontré un nouveau partenaire sexuel en ligne.

De plus, les jeunes Québécois n'ont pas peur de s'exprimer sur leur sexualité. Les participants ont évalué à 8,3 sur 10 leur capacité à exprimer leurs besoins sexuels à leur(s) partenaire(s).

Sur une période de 12 mois, quatre jeunes sur cinq ont eu un partenaire sexuel de couple, un tiers des hommes et un cinquième des femmes ont eu un partenaire d'un soir, un quart ont couché avec leur ex, et un peu plus de la moitié des participants sexuellement actifs ont eu un nouveau partenaire sexuel.

La chlamydia est l'infection transmissible sexuellement la plus courante: 2 à 3% des participants l'ont attrapé.

En parlant d'infections transmissibles sexuellement, les jeunes femmes sont plus propices à aller se faire dépister (57% d'entre elles) que les hommes (26%).

Pour la contraception, 7 femmes sexuellement actives sur 10 utilisent une contraception hormonale régulière. La majorité utilise la pilule contraceptive. La deuxième méthode de contraception la plus populaire est le condom, et la troisième est le coït interrompu.

Parmi les excuses les plus courantes contre le port du condom, il y a que le partenaire voulait une relation sans condom, qu'il n'y avait pas de condom, ou qu'une érection était impossible avec un condom.

Seulement un quart des participants disent doublement se protéger, c'est-à-dire utiliser le condom et une contraception régulière en même temps et ce, avec un partenaire autre qu'un conjoint.

Sur une note moins positive, une femme sur trois et un homme sur 10 disent avoir vécu un abus sexuel au cours de leur vie.

De plus, plusieurs participantes disent être tombées enceintes. Jusqu'à 3% des jeunes femmes âgées de 17 à 20 ans et jusqu'à 16% de celles de 21 à 29 ans ont eu recours à une interruption volontaire de grossesse au moins une fois dans leur vie. Pour éviter l'avortement, un peu plus d'une femme sur cinq a utilisé la contraception orale d'urgence.

De plus, le cannabis est la drogue la plus consommée avant ou pendant les relations sexuelles. En effet, 45% des hommes et 35% des femmes disent avoir consommé du cannabis quelques fois ou plus lors de leurs relations sexuelles.

Si la sexualité est une affaire personnelle, il est important de rappeler que les rapports sexuels protégés sont toujours une bonne idée, et le dépistage des infections transmissibles sexuellement aussi!

VOIR AUSSI: