DIVERTISSEMENT

32e Gala des prix Gémeaux: nos choix et prédictions

Qui gagnera? Qui voudrait-on voir l’emporter? Qui causera l’étonnement?

17/09/2017 09:42 EDT | Actualisé 18/09/2017 06:15 EDT
Facebook Prix Gémeaux

Le 32e Gala des prix Gémeaux se tient aujourd'hui, en après-midi (à ARTV) et en soirée (à Radio-Canada). Qui gagnera? Qui voudrait-on voir l'emporter? Qui causera l'étonnement? Quels seront les choix de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision? Voici notre humble opinion, dans 15 catégories de pointe, des séries annuelles et saisonnières aux variétés, en passant par les émissions jeunesse. Qu'en pensez-vous?

Meilleure série dramatique

Blue Moon – Saison 2 (Club illico)

Feux (Radio-Canada)

L'Imposteur (TVA)

Les pays d'en haut (Radio-Canada)

Ruptures (Radio-Canada)

Notre choix : Notre cœur balance, mais pour l'histoire solide, l'excellence des textes et de la réalisation et la justesse impeccable du jeu des acteurs, notre choix se porte sur Feux.

Notre prédiction : L'Académie aura sans doute bien du mal à statuer elle aussi, devant tant de produits de qualité. Mais l'auteur Serge Boucher et ses équipes demeurant des valeurs sûres aux Gémeaux (ses séries précédentes, Aveux et Apparences, s'y étaient généreusement démarquées en 2010 et 2012), et Feux n'ayant pas abaissé ses standards de haut niveau, on a tendance à croire que le vote se portera sur celle-ci. À moins que Séraphin et Les pays d'en haut – qui tient le haut du pavé en termes de nominations cette année - ne viennent brouiller les pistes...

Meilleure série dramatique annuelle

Au secours de Béatrice (TVA)

L'Échappée (TVA)

L'Heure bleue (TVA)

O' (TVA)

Unité 9 (Radio-Canada)

Notre choix : Au secours de Béatrice. Irréprochable sur le plan technique, la production recèle une belle profondeur dans son propos, que les acteurs rendent à merveille. Les scènes de thérapie avec Monsieur P (Gabriel Arcand) sont passionnantes, et chacune des intrigues nous emmène dans des terrains souvent inexplorés à la télévision québécoise.

Notre prédiction : Les performances des actrices d'Unité 9 et la sensibilité de l'auteure Danielle Trottier devraient leur valoir la statuette, et ce, même si on sent à l'occasion que le récit tend à s'essouffler.

Meilleure comédie

Boomerang (TVA)

Lâcher prise (Radio-Canada)

Les pêcheurs (Radio-Canada)

Les Simone (Radio-Canada)

Trop (Véro.tv – Radio-Canada)

Notre choix : Lâcher prise ou Trop, avec avantage à Lâcher prise. Deux fictions intelligentes qui traitent de thématiques délicates avec un humour fin, superbement interprétées par des femmes de grand talent.

Notre prédiction : Voir «Notre choix».

Meilleure émission, série d'entrevues ou talk-show

Céline, au-delà du rêve (Radio-Canada)

En mode Salvail (V)

Les échangistes (Radio-Canada)

Les Grandes Entrevues (ARTV)

Tout le monde en parle (Radio-Canada)

Notre choix : Éric Salvail n'est pas dans le créneau de l'entrevue-choc ou vérité, mais l'homme réinvente constamment son talk-show avec du contenu toujours divertissant à En mode Salvail. Son équipe se surpasse chaque soir pour créer des étincelles, avec un dévouement et un souci de captiver qui les honore.

Notre prédiction : Le caractère toujours incontournable de Tout le monde en parle, même après 13 ans à l'antenne, devrait lui apporter la récompense. Tout le monde en parle encore vraiment, à chaque lendemain de Tout le monde en parle. L'émission fait toujours preuve d'une pertinence à toute épreuve et mérite tous les éloges.

Meilleure série humoristique

Infoman (Radio-Canada)

La soirée est (encore) jeune (ARTV)

Les Appendices (Télé-Québec)

Like-Moi (Télé-Québec)

LOL (TVA)

Notre choix : Like-Moi ou Infoman. Le délicieux humour absurde de Marc Brunet dans Like-Moi ou l'irrévérence de Jean-René Dufort dans Infoman, ces petits bijoux complètement décalés nous permettent encore de nous évader de nos quotidiens, dans un esthétisme, un ton et une livraison presque toujours parfaits, chacun dans son style.

Notre prédiction : À l'instar de Tout le monde en parle, Infoman est aussi utile qu'à son premier jour. Nos politiciens n'ont jamais fini de fournir une matière consistante à Jean-René Dufort et ses troupes, qui savent la tourner en dérision avec un doigté qui leur est propre.

Meilleur premier rôle masculin : série dramatique

Alexandre Goyette – Feux (Radio-Canada)

Marc-André Grondin – L'Imposteur (TVA)

Vincent Leclerc – Les pays d'en haut (Radio-Canada)

David La Haye – Mirador (Séries+)

Patrice Robitaille – Victor Lessard (Club illico)

Notre choix : Alexandre Goyette. À elle seule, la scène où son Marc Lemaire apprenait le décès de son fiston Hervé, dans Feux, valait tous les honneurs au comédien, qui a été inébranlable dans la peau de ce personnage amoureux de la vie, de son métier et, surtout, de la gardienne de son enfance. Dans son rôle le plus marquant au petit écran, Alexandre Goyette s'est ici surpassé.

Notre prédiction : Les yeux de chevreuil apeuré devant les phares d'une voiture sur l'autoroute de Marc-André Grondin dans L'Imposteur, les larmes et le «Est pas belle la vie?» d'Alexandre Goyette dans Feux ou le mélange de sensibilité et de dureté de Vincent Leclerc (lauréat de l'an dernier) dans Les pays d'en haut? Et si Patrice Robitaille, rôle-titre de Victor Lessard parvenait à se faufiler jusqu'au podium? Bien malin celui qui prédira avec exactitude l'issue de cette lutte. Notre 2$ va à Alexandre Goyette, mais on ne pariera pas plus que 2$, justement. Restons prudents...

Meilleur premier rôle féminin : série dramatique

Karine Vanasse – Blue Moon (Club illico)

Macha Limonchik - Fatale Station (Tou.tv Extra)

Maude Guérin – Feux (Radio-Canada)

Sarah-Jeanne Labrosse – Les pays d'en haut (Radio-Canada)

Mélissa Désormeaux-Poulin – Ruptures (Radio-Canada)

Notre choix : Maude Guérin. Comme son collègue Alexandre Goyette, la comédienne a irradié dans Feux, rendant avec authenticité toute la gamme des émotions. En mère de famille à la vie en ligne droite qui voit son existence basculer à la suite d'une retrouvailles imprévue, Maude Guérin s'est trouvé un alter ego qui lui collait à la peau. La statuette lui revient de droit, même si le boulot de ses adversaires, dans cette catégorie, n'est pas à snober non plus.

Notre prédiction : Voir «Notre choix».

Meilleur premier rôle masculin : série dramatique annuelle

Gabriel Sabourin – Au secours de Béatrice (TVA)

Benoît Gouin – L'Heure bleue (TVA)

Pier-Luc Funk – Mémoires vives (Radio-Canada)

Stéphane Demers – O' (TVA)

Guy Nadon – O' (TVA)

Notre choix : Benoît Gouin, droit comme un chêne dans la tempête, mais aussi déchiré et déstabilisé par l'éclatement de sa famille, joue les extrêmes avec aplomb dans L'Heure bleue.

Notre prédiction : Grand favori des Gémeaux, Guy Nadon devrait logiquement l'emporter, notamment grâce à la puissance des scènes en état de stress post-traumatique de son personnage l'an dernier, dans O'.

Meilleur premier rôle féminin : série dramatique annuelle

Sophie Lorain – Au secours de Béatrice (TVA)

Julie Perreault - L'Échappée (TVA)

Céline Bonnier – L'Heure bleue (TVA)

Marie-Thérèse Fortin – Mémoires vives (Radio-Canada)

Guylaine Tremblay – Unité 9 (Radio-Canada)

Notre choix : Céline Bonnier constitue l'une des principales raisons de se brancher chaque semaine à L'Heure bleue. Toutes les mères se reconnaissent probablement ou, du moins, lui témoignent une sincère empathie, dans son personnage de mère éplorée, qu'elle parvient à rendre attachant malgré ses faiblesses.

Notre prédiction : On irait d'emblée avec Guylaine Tremblay, mais celle-ci a été moins présente que jadis dans Unité 9, l'an dernier, ce qui pourrait lui coûter sa place au tableau d'honneur. Dans lequel cas, Sophie Lorain et Céline Bonnier croiseront sérieusement le fer, offrant toutes deux des prestations de grande intensité dans Au secours de Béatrice et L'Heure bleue.

Meilleur premier rôle masculin : comédie

Antoine Bertrand – Boomerang (TVA)

Martin Petit – Les pêcheurs (Radio-Canada)

Benoît Brière – Madame Lebrun (Super Écran)

Éric Bruneau – Trop (Véro.tv – Radio-Canada)

Olivier Morin – Web Thérapie (TV5)

Notre choix : Madame Lebrun n'a rien transcendé en termes de comédie, mais Benoît Brière est toujours délectable en robe et perruques féminines. Chapeau également à Antoine Bertrand, dont la seule personnalité contribue beaucoup au succès de Boomerang.

Notre prédiction : Pour l'argument énoncé ci-haut, Antoine Bertrand part avec une longueur d'avance et devrait, sans trop de surprise, avoir à livrer un discours de victoire.

Meilleur premier rôle féminin : comédie

Catherine-Anne Toupin – Boomerang (TVA)

Sophie Cadieux – Lâcher prise (Radio-Canada)

Anne-Élisabeth Bossé – Les Simone (Radio-Canada)

Évelyne Brochu – Trop (Véro.tv – Radio-Canada)

Virginie Fortin – Trop (Véro.tv – Radio-Canada)

Notre choix : Pourtant déjà connue et reconnue, Sophie Cadieux a été une révélation dans Lâcher prise, l'hiver dernier. En femme surmenée qui tente de garder le cap entre responsabilités professionnelles et familiales, sa mère envahissante sur les talons, Cadieux n'en a jamais trop fait et s'est montrée admirable de vulnérabilité, le tout avec une bonne dose de dérision, les textes savoureux d'Isabelle Langlois aidant. Du grand art.

Notre prédiction : Voir «Notre choix» avec, néanmoins, une bonne pensée pour Évelyne Brochu et Virginie Fortin, les sœurs de Trop.

Meilleure animation : jeu, téléréalité

Chantal Lacroix – 8 heures pour la cause (Canal Vie)

Stéphane Bellavance – Au suivant (Radio-Canada)

Stéphane Bellavance, Martin Carli – Génial! (Télé-Québec)

Julie Snyder – Le Banquier (TVA)

Alexandre Barrette – Taxi payant (V)

Notre choix : Julie Snyder a gagné en maturité, en empathie, en écoute et en contrôle au fil des années de vie du Banquier, sur les ondes de TVA. Un Gémeaux lui permettrait de boucler avec sérénité la boucle d'une aventure qui s'est terminée sur une note, avouons-le, un peu amère. Et ça ne serait pas volé.

Notre prédiction : Voir «Notre choix».

Meilleure animation : humour, série ou spéciale de variétés

France Beaudoin – En direct de l'univers (Radio-Canada)

Louis-José Houde – Gala de l'ADISQ 2016 (Radio-Canada)

François Morency – Gala les Olivier 2016 (Radio-Canada)

Marc Labrèche – Info, Sexe et mensonges (ARTV – Radio-Canada)

Véronique Cloutier – Votre beau programme (Radio-Canada)

Notre choix : Notre cœur va indéniablement à France Beaudoin, si gentille, si attentive, si généreuse et si professionnelle chaque semaine dans le cadre d'En direct de l'univers. Juste pour avoir su maîtriser une Céline Dion survoltée dans la spéciale qui lui était consacrée, l'an dernier, Beaudoin mériterait d'arracher la victoire. Au nom, également, de toute son équipe, qui effectue un travail de moine tous les samedis et qui réussit constamment à toucher la corde sensible, celle des invités comme celle des téléspectateurs.

Notre prédiction : L'Académie voudra-t-elle consoler Véronique Cloutier de l'échec de Votre beau programme? Les vieux routiers Marc Labrèche et France Beaudoin sont toujours sans failles, tout comme l'a également été François Morency dans un contexte difficile de conflit et de censure aux Olivier. Quant à Louis-José Houde, il est toujours truculent à la barre de l'ADISQ. Puisqu'il faut choisir un nom, misons sur Louis-José Houde, mais avec humilité, la science infuse n'étant absolument pas acquise ici.

Meilleure animation : émission ou série d'entrevues ou talk-show

Julie Bélanger, José Gaudet – Ça finit bien la semaine (TVA)

Josélito Michaud – Céline, au-delà du rêve (Radio-Canada)

Éric Salvail – En mode Salvail (V)

André Robitaille – Janine Sutto – À sa manière (Radio-Canada)

Stéphan Bureau – Les Grandes Entrevues (ARTV)

Notre choix : Comme on l'expliquait plus haut, Éric Salvail se démène avec toute l'énergie dont il est capable à tous les soirs sur le terrain de jeux d'En mode Salvail. En bientôt cinq ans, son rendez-vous quotidien n'a jamais faibli, et ce, malgré l'agenda chargé de l'hyperactif animateur, qui a su gagner la confiance d'à peu près toute la colonie artistique. Quand passion et professionnalisme vont de pair.

Notre prédiction : André Robitaille avait offert un moment d'anthologie en tête-à-tête avec son amie Janine Sutto, dans la dernière entrevue de celle-ci avant son décès. On voudra peut-être souligner ces confidences mémorables, ou alors on optera plutôt pour le genre plus léger d'Éric Salvail. Deux propositions à l'opposé l'une de l'autre, mais toutes deux dignes de mention.

Meilleure animation : jeunesse

Stéphane Bellavance – Arrange-toi avec ça (VRAK)

Pascal Barriault, Valérie Chevalier, Marilou Morin, Pascal Morissette – Cochon dingue (Télé-Québec)

Gregory Charles – Crescendo (Radio-Canada)

Anaïs Favron – Le dernier passager WIXX (Télé-Québec)

Nicolas Ouellet – PL>Y (VRAK)

Notre choix : Le beau quatuor de Cochon dingue a été le coup de cœur de bien des jeunes l'an dernier. Aussi décalés qu'éducatifs, nos quatre moineaux sont adorables et agissent comme une bouffée de fraîcheur dans nos écrans.

Notre prédiction : Gregory Charles, chef d'orchestre de Crescendo, valorise autant la jeunesse que la musique, des valeurs qui toucheront probablement l'Académie.

VOIR AUSSI: