POLITIQUE

Vélo: « le bullshitomètre va friser l’explosion », dit Luc Ferrandez

Le plan-cadre vélo a été annoncé au lendemain du décès d'une cycliste à l'angle des avenues du Parc et des Pins.

15/09/2017 13:25 EDT | Actualisé 15/09/2017 16:51 EDT
Olivier Robichaud

Le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a lancé toute une tirade contre l'administration de Denis Coderre vendredi, en marge de l'annonce du nouveau plan-cadre vélo de la Ville de Montréal.

Le plan-cadre vélo a été annoncé au lendemain du décès d'une cycliste à l'angle des avenues du Parc et des Pins. M. Ferrandez, élu sous la bannière de Projet Montréal, en a profité pour fustiger le maire de Montréal pour ses décisions concernant des pistes cyclables dans son arrondissement.

«Hier, la morgue s'est enrichie d'une autre citoyenne paisible, vaillante, aimée, décédée alors qu'elle roulait en vélo au coin de l'Avenue des Pins et l'Avenue du Parc. Ce matin, Elsie Lefebvre, Denis Coderre et Marc André Gadoury travaillent sur le ton grave et respectueux qu'ils devront aborder en annonçant les intentions et les objectifs du maire en matière de cyclisme. [...] Alors que le bullshitomètre va friser l'explosion il faudrait rappeler au bon peuple [que] Denis Coderre est PERSONNELLEMENT intervenu pour bloquer un projet de pistes cyclables proposé par ses experts sur l'Avenue des Pins, précisément au lieu du décès d'hier», écrit le maire d'arrondissement, qui est connu pour son franc-parler.

M. Ferrandez a aussi rappelé que la ville-centre s'est opposée aux pistes cyclables sur Laurier, sur Papineau, sur Atwater et sur Rose-de-Lima. Sur l'avenue Atwater, les cyclistes sont invités à utiliser le trottoir, devenu une piste multifonctionnelle.

«C'est complètement insensé. Les cyclistes, s'ils ne mettent pas les freins, vont descendre à 30 km/h. Je ne leur souhaite pas de rencontrer une femme avec une poussette», a-t-il lancé en marge d'une conférence de presse pour inaugurer la nouvelle rue Prince-Arthur.

Marc-André Gadoury, responsable du dossier vélo pour l'administration Coderre, déplore que M. Ferrandez fasse de la politique sur le dos d'un événement tragique. Il réplique que le Plateau a l'option d'aménager une piste cyclable avec du marquage au sol sur des artères comme l'avenue Papineau.

«M. Gadoury est soit incompétent, soit menteur. C'est une artère. Le maire Coderre a centralisé les artères», lance M. Ferrandez.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, estime pour sa part que M. Ferrandez dépasse les limites avec ses commentaires.

«Je pense que Luc a perdu les pédales. [...] Quand on sent la soupe chaude parce qu'il va y avoir une alternative maintenant dans le Plateau...», lance le maire, soulignant le fait qu'il a recruté la fondatrice du RAPLIQ pour se présenter dans l'arrondissement de M. Ferrandez.

Selon M. Coderre, la Ville doit d'abord faire les travaux souterrains avant de penser à réaménager les artères. Marianne Giguère, porte-parole de Projet Montréal, réplique qu'un aménagement temporaire pour les cyclistes sur l'avenue des Pins avait été accepté par l'arrondissement avant d'être refusé par le comité exécutif de la ville-centre.

En fin de journée vendredi, le commentaire de Luc Ferrandez avait été partagé plus de 330 fois sur Facebook.

VOIR AUSSI: