POLITIQUE

Cannabis: Gaétan Barrette peste contre le projet de loi fédéral

«La loi, à un moment donné, il faut qu’elle soit applicable.»

14/09/2017 12:18 EDT | Actualisé 14/09/2017 13:23 EDT

VAL-D'OR – Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, pense qu'il y a trop de flous dans le projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis, ce qui rend son application difficile. Mais Québec n'a pas encore précisé son plan de match en vue de cet automne.

«Le sujet du cannabis ne peut pas se régler d'une façon expéditive, a-t-il dit à l'entrée du caucus présessionnel du Parti libéral du Québec. C'est beau arriver et dire [qu'on légalise au Canada] le 1er juillet 2018, mais ça ne se règle pas de façon expéditive comme ça, il y a des enjeux.»

La possession de quatre plants de cannabis d'une hauteur d'un mètre maximum par logement, tel qu'il est prévu dans le projet de loi fédéral, pose problème, selon M. Barrette. «La loi, à un moment donné, il faut qu'elle soit applicable. Alors d'en avoir, de ne pas en avoir, d'en avoir deux, d'en avoir quatre... comment ça se contrôle, cette affaire-là?»

Le ministre déplore également que la question des produits dérivés – tels le haschich, les huiles et les produits comestibles - ait été balayée sous le tapis par Ottawa. «C'est parce que des produits dérivés, il y en a une panoplie! Alors le projet de loi, tel qu'il est au fédéral, ne s'adresse pas à ça. Pour nous, ça pose un enjeu», a-t-il pesté.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a confirmé que la légalisation du haschich devra attendre, tout comme la consommation de nourriture à base de cannabis.

Québec annoncera bientôt ses couleurs

Plusieurs ministres ont toutefois précisé que Québec n'avait pas encore fixé ses balises pour le projet de loi-cadre déposé cet automne. Le gouvernement Couillard doit déterminer quel sera l'âge légal pour acheter du cannabis et où la drogue sera vendue, entre autres.

Maintenant que les consultations publiques et en ligne ont pris fin, le caucus libéral en est à délibérer sur la suite des choses. Le ministre des Finances, Carlos Leitao, dit que certaines décisions seront prises dès cette semaine, avant la rentrée parlementaire.

«On va faire nos efforts, on va prendre notre décision. Il faut que ça se fasse assez rapidement parce que les délais sont connus», a martelé M. Leitao à l'entrée du caucus. Sa collègue Lucie Charlebois, qui pilote le dossier du cannabis, s'est contentée de dire qu'aucune décision n'avait été prise jusqu'à maintenant.

Une chose est claire pour M. Leitao, cependant: il n'est «pas question» de vendre du cannabis à la Société des alcools du Québec (SAQ).

L'Ontario, de son côté, a annoncé la semaine dernière qu'elle créerait une filiale de la Liquor Control Board of Ontario (LCBO) pour vendre de la marijuana. Il est prévu que 150 succursales à travers la province voient le jour d'ici 2020.

«Ça va trop vite, s'est emporté le ministre Barrette. Je comprends que le gouvernement fédéral veut s'en débarrasser avant son élection à lui. Mais socialement, ça va trop vite.»

VOIR AUSSI :