NOUVELLES

Un tweet d'une présentatrice d'ESPN devient motif de licenciement selon la Maison-Blanche

Un congédiement évité!

13/09/2017 21:44 EDT | Actualisé 14/09/2017 11:52 EDT

Selon la secrétaire de presse Sarah Huckabee Sanders, ESPN devrait envisager le renvoi de la présentatrice Jemele Hill pour avoir écrit sur Twitter le président Donald Trump était un suprémaciste blanc.

«Je pense que c'est un des commentaires les plus scandaleux que quelqu'un peut faire, et c'est certainement un motif de licenciement pour ESPN», a dit Mme Sanders durant le point de presse de mercredi.

Sanders s'est fait demander par David Nakamura du Washington Post pourquoi une reporter sportive ferait un tel commentaire. Celle-ci a répondu: « Je ne parlerai pas pour cette personne, mais je sais que le président a rencontré des gens comme le sénateur Tim Scott et d'autres leaders respectés de la communauté afro-américaine» dit-elle.

Scott est un Républicain de la Caroline du Sud.

Trump s'est «engagé à travailler avec eux pour unifier le pays» a expliqué Mme Sanders. «Je pense que c'est là où nous devons nous concentrer, et non pas sur des déclarations scandaleuses comme celles-ci.»

Hill, qui coanime SC6 sur ESPN avec Michael Smith, a riposté contre Trump dans une série de publications sur Twitter lundi, appelant le président un «suprémaciste blanc» inapte à servir à la Maison-Blanche.

«Donald Trump est un suprémaciste blanc qui s'est surtout entouré d'autres suprémacistes blancs» a-t-elle tweeté.

Twitter

Hill a appelé Trump «le président le plus ignorant et le plus offensant de mon vivant,» et a dit que «son ascension est un résultat direct de la suprématie blanche. Point.»

Les tweets ont depuis été effacés.

Dans une déclaration faite mardi, ESPN a dit que les commentaires d'Hill «ne représentent pas la position» du réseau. «Nous avons abordé ceci avec Jemele et elle sait que ses actions étaient inappropriées», explique la déclaration.

Ceci explique cela. En effet, c'est sans doute la raison de la supression de ses tweets. C'est donc un avertissement mais pas un congédiement pour Hill, qui devra désormais peser ses mots.

Mise à jour:

Mercredi soir, Jemele Hill a elle-même abordé «l'éléphant dans la pièce» avec un tweet qui précisait que ses tweets désormais effacés reflétaient ses convictions personnelles. «Mon regret est que mes commentaires et la manière publique dont je les ai faits ont donné une mauvaise image à ESPN. Mon respect pour la compagnie et pour mes collègues demeure inconditionnel.»

Jemele Hill conserve donc son emploi à ESPN, mais elle devra désormais faire valoir ses convictions personnelles dans un endroit moins public que Twitter.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit et adapté de l'anglais.