DIVERTISSEMENT

«District 31» : toute vérité n’est pas bonne à écrire…

Vous connaîtrez rapidement le sort de vos enquêteurs chouchous...

08/09/2017 13:38 EDT | Actualisé 08/09/2017 13:38 EDT
Radio-Canada

District 31 est de retour lundi prochain, le 11 septembre, dans son immuable case-horaire de 19h, à Radio-Canada. C'est, grosso modo, ce que les journalistes ont le droit de dire et d'écrire après le visionnement de presse des quatre premiers épisodes de cette deuxième saison sur le point de s'amorcer.

Rare qu'un événement médiatique se tienne le vendredi mais, pour la sacro-sainte série de Luc Dionne, journalistes et chroniqueurs de près ou de loin liés au milieu de la télévision avaient sacrifié leur congé hebdomadaire, curieux de connaître le destin de Nadine (Magalie Lépine-Blondeau) et Patrick (Vincent-Guillaume Otis).

La salle Jean-Despréz de Radio-Canada était remplie, et l'engagement de confidentialité que devait signer quiconque entrait dans la pièce ajoutait à l'aura de prestige et d'intensité qui englobe ce suspense depuis avril dernier.

Car les Productions Aetios ne prennent pas leur secret à la légère. Le mystère relatif à Nadine et Patrick est demeuré entier tout l'été. Aucun secret n'a réussi à se faufiler hors des studios Mels de Saint-Hubert - où se déploient depuis cet été les décors de la saga journalière -, ce qui constitue quand même un petit exploit. Et, oui, nous, adeptes inconditionnels, sommes parvenus à patienter plus de quatre longs mois!

«Tout est dans le désir», a spécifié à ce sujet la productrice Fabienne Larouche aux micros et magnétophones tendus devant elle, vendredi, pour expliquer comment on avait fait taire les membres de la production tout ce temps. En effet, qui aurait voulu assumer le titre de traitre qui aurait éventé le punch?

Réponse rapide

Pas question, alors, qu'une langue bien pendue ou une plume acérée ne vende la mèche à trois jours de la diffusion tant attendue! Les malheureux qui ne pouvaient participer au visionnement n'avaient même pas accès aux épisodes dans le Centre de presse virtuel de Radio-Canada, comme c'est le cas en temps normal suite au dévoilement d'une nouveauté. Nadine est-elle morte? Et Patrick? Et Kevin (Alexandre Goyette)? Et comment se porte le reste des troupes du poste 31?

Nous pouvons au moins vous rassurer à un égard : vous connaîtrez rapidement le sort de vos enquêteurs chouchous. La réponse est claire, sans équivoque. Elle arrive prestement, simplement et ne laisse planer aucun doute. Et elle contribuera à la continuité de l'action, laquelle ne prend jamais de pause, dans District 31. Ça, ça ne change pas.

Maintenant, ces quelques miettes de révélations jetées, nous devons nous taire, sous peine de représailles radio-canadiennes, Fabienne Larouche-iennes ou Luc Dionne-iennes. À jamais. Ou, du moins, jusqu'à lundi prochain, 19h30.

D'ailleurs, prenez soin de rester loin des réseaux sociaux, le jour J et le soir S, si vous ne pouvez regarder en direct cette première tranche de 30 minutes (présentée sans pauses publicitaires, rappelons-le). Pas besoin de boule de cristal pour affirmer qu'il est certain que le dénouement de cette bouleversante affaire fera jaser, tweeter et commenter.

Bienvenue Jeff Morin

Confinés à ce silence torturant, vous comprendrez que nous ne pouvons laisser filtrer que d'infimes bribes des intrigues parallèles de la rentrée au district 31.

Comme le fait qu'on ne devrait pas s'ennuyer avec le nouveau venu Geoffroy Morin, alias Jeff (Luc Picard), un maître du crime organisé, ancien collègue de Daniel Chiasson (Gildor Roy) aux «stups», un futé aussi baveux qu'efficace et perspicace.

«La dope, astheure, c'est comme la pizza, tu appelles et ils viennent te la livrer», dira-t-il à propos de son champ d'expertise.

Aux premières minutes de son entrée en scène, Morin, aidé de Stéphane Pouliot (Sébastien Delorme) aura maille à partir avec un récidiviste qu'il connaît de longue date, qui se fait menaçant dans une chicane conjugale. Ce Jeff Morin est aussi terriblement discret sur sa vie privée. Le téléspectateur, lui, constatera que le bougre n'est pas très porté sur l'engagement affectif. On en saura plus sur le taciturne homme au fil des semaines.

La découverte d'un enfant inanimé dans un sous-sol happera les policiers et le public de District 31 en cette première semaine de tumulte. Le meurtre d'Alex Vadnais par Mélissa (Marianne Verville) et ses aveux précédemment livrés à Isabelle (Hélène Bourgeois-Leclerc) déclencheront un effet domino et bien des questionnements chez Isabelle. Bruno Gagné (Michel Charette) traversera une ultime étape dans le deuil de sa famille, galvanisé par sa relation naissante avec Martine (Catherine Dajczman). Enfin, Laurent Cloutier (Patrick Labbé) gravite encore, toujours, non loin de ses anciens collègues. Dans quel état, physique et psychologique? Sinon, de nouveaux personnages devraient s'ajouter, partir et revenir dans les locaux menés par le commandant Chiasson.

«Je ne sais pas comment elle a fait, pendant 20 ans», a soufflé Luc Dionne, au terme de la projection, vendredi, en faisant référence aux deux décennies d'écriture quotidienne de Fabienne Larouche sur Virginie et 30 vies, et à qui il succédait avec District 31, à pareille date l'an dernier. Inspiré, l'auteur doit néanmoins s'astreindre à une discipline d'écriture aussi militaire que le régime d'omertà qu'est celui des journalistes jusqu'à lundi prochain.

À voir également :

Les nouveautés de la semaine sur Netflix Canada (8 septembre 2017)