POLITIQUE

Éric Tétrault visé par une enquête pour harcèlement en 2014

Le candidat libéral dans Louis-Hébert aurait intimidé et menacé des employés chez ArcelorMittal.

06/09/2017 10:17 EDT | Actualisé 06/09/2017 15:26 EDT
La Presse canadienne/Jacques Boissinot

QUÉBEC – Alors qu'il était à l'emploi d'ArcelorMittal, le candidat libéral dans Louis-Hébert, Éric Tétrault, aurait harcelé psychologiquement deux femmes, en plus d'avoir intimidé et menacé d'autres employés, selon une enquête de La Presse.

L'entreprise, qui avait été mise au courant du comportement de M. Tétrault, a commandé une enquête à une firme externe. Si l'enquêteur a jugé que la conduite du gestionnaire était inadmissible, les accusations ne sont pas tombées dans la catégorie du harcèlement sexuel.

Après son «congédiement déguisé» chez ArcelorMittal en mai 2014, selon les sources consultées par La Presse, M. Tétrault est devenu président de Manufacturiers et exportateurs du Québec le mois d'après. Il s'est lancé en politique, le mois dernier, pour tenter de succéder à Sam Hamad.

Le principal intéressé a reconnu, en entrevue avec Radio-Canada, avoir eu un comportement inacceptable parce qu'il était sous pression au travail et dit regretter ses agissements. Il soutient toutefois n'avoir eu aucune plainte formelle à son endroit.

M. Tétrault n'a pas l'intention de laisser tomber sa campagne, malgré ces révélations, d'autant plus qu'il affirme avoir le soutien du premier ministre Philippe Couillard.

Les ministres libéraux volent à son secours

Les quelques ministres libéraux croisés mercredi ont répondu que M. Tétrault s'était déjà expliqué au sujet des allégations de harcèlement et d'intimidation à son endroit.

« Moi, je suis très à l'aise [avec sa candidature], mais il a répondu aux questions alors je n'ai pas l'intention je commenter, a lancé Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Santé publique. On a un bon candidat et c'est tout. »

« Ces éléments-là ce matin m'ont troublée, mais c'est quelqu'un que je connais très bien parce que j'ai travaillé avec lui et j'aime beaucoup Éric. Je n'ai jamais été témoin de comportements déplacés », a dit Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales.

La ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau, a répondu que les gens pouvaient apprendre de leurs erreurs. « Je pense qu'il ne faut pas lapider les gens sur la place publique », a affirmé celle qui s'occupe également du dossier de la lutte contre l'intimidation.

Les révélations s'accumulent

Ce n'est pas la première fois que le candidat libéral est dans l'eau chaude. L'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito a dévoilé que M. Tétrault et sa conjointe avaient été invités dans sa fameuse loge au Centre Bell en 2008, aux côtés de la ministre Nathalie Normandeau et de son chef de cabinet Bruno Lortie, pour un spectacle de Céline Dion.

M. Tétrault avait déclaré dans plusieurs médias qu'il ne se souvenait plus combien de temps il avait passé dans cette loge. Au FM93, il a parlé de quelques minutes seulement. Or, dans ses déclarations à l'UPAC obtenues par le Bureau d'enquête du Journal de Montréal, il a affirmé aux policiers être parti à la pause.

M. Zambito, lui, dit que M. Tétrault est resté toute la soirée dans la loge. Le candidat a répliqué qu'il n'avait pas l'intention de répliquer à un « criminel avoué ».

LIRE AUSSI:

» Les libéraux défendent leur candidat Éric Tétrault, attaqué sur son intégrité
» Lino Zambito accuse Couillard d'avoir recruté «la vieille garde» de l'ère Charest
» Éric Tétrault confirmé dans Louis-Hébert