DIVERTISSEMENT

13 spectacles de danse à voir cet automne

À ne pas manquer!

28/08/2017 14:44 EDT | Actualisé 05/09/2017 14:16 EDT

De grands noms de la danse québécoise, quelques vedettes internationales et plusieurs nouveaux venus pressés de faire leur place seront à l'affiche des scènes dédiées à la danse cet automne. Voici 13 spectacles que nous avons particulièrement hâte de voir.

Courtoisie

9 — Cas public (16 septembre, Cinquième Salle de la PDA)

La chorégraphe Hélène Blackburn a imaginé une œuvre autour de l'interprète virtuose Caï Glover. Sourd, il danse pour l'occasion sans ses appareils auditifs, ce qui l'oblige à se fier à sa mémoire corporelle, à ses collègues danseurs et aux vibrations de la musique... une partition déconstruite de la Neuvième symphonie de Beethoven, un autre artiste reconnu pour son talent inimitable et sa surdité. On sort de là soufflé, ému et transformé.

Courtoisie

Mécaniques nocturnes — Anne Plamondon (Du 20 au 23 septembre, Agora)

Interprète réputée, qui a travaillé pour de grands noms de la danse canadienne et européenne, Anne Plamondon lorgne désormais du côté de la chorégraphie. En collaboration avec la metteure en scène Marie Brassard, elle propose une œuvre sur l'état primitif des choses, avant que la pulsion de construire et de créer s'empare de l'humain.

Courtoisie

Programme double – Marie Chouinard (Du 26 au 30 septembre, Théâtre Maisonneuve)

La grande Marie Chouinard n'offrira rien de moins que trois de ses créations à la fin septembre. Les 26 et 27, elle dansera Le Cri du monde et Soft virtuosity, still humide, on the edge, alors que du 28 au 30, elle présentera Le jardin des délices. Chacun de ses mouvements est un événement.

Courtoisie

Lotus d'or – Beijing Dance Theatre (1er et 2 octobre, Théâtre Maisonneuve)

Inspiré du célèbre roman érotique chinois, interdit en Chine pour son contenu sexuel et politique, le Lotus d'or a fait le tour du monde depuis sa création à Hong Kong en 2011. Il sera présenté en première montréalaise cet automne, par la compagnie de danse chinoise.

Courtoisie

Rose of Jericho – Skeels Dance (Du 10 au 14 octobre, Cinquième Salle de la PDA)

Américain d'origine, mais Montréalais d'adoption depuis qu'il a joint les rangs des Grands ballets canadiens de Montréal à titre de danseur, le chorégraphe Andrew Skeels propose un mélange éclatant de danses urbaines, de classique et de contemporain pour évoquer la rose de Jéricho, une métaphore de l'influence entre les cultures (pollinisation transculturelle).

Courtoisie

On — José Navas (Du 11 au 14 octobre, Agora)

Une fête, voilà à quoi le chorégraphe convie les amateurs de danse. En acceptant la carte blanche que lui a offerte l'Agora de la danse, Navas a choisi de réunir les collaborateurs artistiques les plus marquants de sa carrière, lui qui a célébré la vingtaine de sa compagnie Flak en 2015.

Courtoisie

Stabat Mater – Grands Ballets (Du 11 au 28 octobre, Théâtre Maisonneuve)

Pour leur premier spectacle de la saison, les GBCM offrent un programme double enveloppé de spiritualité : le bouleversant Stabat Mater du chorégraphe romain Edward Club et l'émouvante chorégraphie qu'a élaborée l'Allemand Uwe Scholz sur la Symphonie numéro 7 de Beethoven.

Courtoisie

Amigrecta – Kaori Seki, Agora et Tangente (Du 18 au 21 octobre, Agora)

Travaillant sur la lenteur et une forme originale de mouvements primitifs, la Japonaise Kaori Seki a imaginé une œuvre où se confrontent le passé à jamais perdu et les possibilités décuplées du futur, après la catastrophe nucléaire survenue dans son pays en 2011.

Courtoisie

Grand final — Hofesh Schecter (Du 1er au 4 novembre, Théâtre Maisonneuve)

Un coup de poing en pleine gueule est à peu de choses près l'effet provoqué par les œuvres du chorégraphe Hofesh Shechter depuis la fondation de sa compagnie, il y a bientôt 10 ans. Pour accompagner sa danse très physique, il a lui-même composé une musique qui sera jouée en direct sur scène.

Courtoisie

Major Motion Picture — Out Innerspace Dance Theatre (Du 8 au 11 novembre, Agora)

Largement influencée par de grands noms du cinéma, la création explore les notions de propagande et de territoire, alors que sept danseurs interpréteront une quinzaine de personnages sans foi ni loi.

Courtoisie

Fluidité du genre — Manuel Shink et Sébastien Provencher (Du 16 au 19 novembre, Tangente)

Dans La mécanique des dessous, le chorégraphe-interprète Manuel Shink s'amusera avec les frontières de la féminité et de l'androgynie. Par la suite, Children of Chemistry s'attaquera aux stéréotypes de la virilité masculine, alors que cinq danseurs s'exprimeront sous la direction de Sébastien Provencher.

Courtoisie

Dance me — BJM (Du 5 au 9 décembre, Théâtre Maisonneuve)

Un peu plus d'un an après le décès du grand poète et musicien Leonard Cohen, les Ballets Jazz de Montréal lui rendent hommage avec une chorégraphie en cinq saisons, un clin d'œil aux cycles de l'existence de ce géant de la musique.

Courtoisie

Would — Mélanie Demers (Du 11 au 15 décembre, La Chapelle)

À sa création, Would a remporté le Prix du CALQ pour la meilleure œuvre chorégraphique, alors que Marc Boivin a reçu le prix Dora Mavor Moore d'interprétation masculine. Le danseur retrouvera à nouveau sur scène la brillante interprète Kate Holden, dans un duel sauvage et démesuré.

*Soulignons que les Grands Ballets canadiens de Montréal présenteront le traditionnel Casse-Noisette du 14 au 30 décembre prochain.

LIRE AUSSI :
» On écoute quoi à la radio cet automne?
» 7 lancements d'albums québécois à ne pas manquer cet automne
» Radio-Canada Première lance sa nouvelle saison au parc Jarry

À voir également :