NOUVELLES

Le militant Jaggi Singh réplique au maire Labeaume

Il l’accuse de jouer «le jeu des racistes de Québec».

22/08/2017 12:21 EDT | Actualisé 22/08/2017 13:48 EDT

QUÉBEC – Le militant Jaggi Singh, qui a été arrêté lors de la contre-manifestation à Québec puis relâché, accuse le maire Régis Labeaume non seulement d'avoir contribué à alimenter le climat de haine qui sévit dans la ville, mais de jouer «le jeu des racistes de Québec».

«Au cours des dernières années, un mélange explosif de radio-poubelles, de politiciens populistes comme Labeaume, et de cynisme a fait de la Ville de Québec un terreau fertile pour l'extrême-droite raciste, où les groupes anti-immigration ont une grande marge de manoeuvre pour s'organiser ouvertement et en toute impunité», a écrit M. Singh sur sa page Facebook.

LA PRESSE CANADIENNE/Jacques Boissinot
L'activiste Jaggi Singh est arrêté pendant une manifestation contre le racisme à Québec, le 20 août 2017.

Au lendemain des manifestations dans sa ville, M. Labeaume a envoyé les groupes extrémistes «se faire voir ailleurs» qu'à Québec. S'il s'en est pris à la «bande de Jaggi Singh», le maire n'a pas non plus épargné La Meute, qu'il accuse de tenir un discours «ambigu».

«On avait visiblement la crème des casseurs et des provocateurs, a dit le maire Labeaume. Il faut absolument condamner le comportement tellement crétin de la bande de Jaggi Singh.»

M. Singh, de son côté, se défend d'avoir été le leader ou le chef de la manifestation opposée à La Meute. «Cette personnalisation à mon endroit est dangereuse et provocatrice. De plus, elle entretient une fausse image, puisque je ne dirigeais aucun groupe dimanche dernier. J'étais plutôt un participant actif dans la mobilisation antiraciste», dit-il.

Singh sera de retour à Québec

L'homme originaire de Toronto, qui vit maintenant à Montréal, s'insurge également contre l'interdiction de revenir manifester à Québec. Il précise qu'il compte revenir dans la Vieille Capitale et qu'il participera même de nouveau aux manifestations qui auront lieu.

«Le maire de Québec outrepasse ses pouvoirs s'il pense qu'il peut décider si moi, ou qui que ce soit, est le bienvenu dans sa ville. Il n'y a pas de frontière entre Québec et Montréal (et s'il y en avait une, je ne la respecterais pas de toute façon)», poursuit-il.

M. Singh prévient que ses camarades de Montréal, de Québec et d'ailleurs vont continuer de «s'organiser sur leurs propres bases» et, lorsqu'il le faudra, «s'engager dans l'action directe pour confronter les racistes d'extrême droite et les fascistes».

Le militant a justifié le recours à la violence en entrevue à Radio-Canada, disant qu'elle était parfois «nécessaire» pour contrer les mouvements d'extrême droite.

À TVA Nouvelles, Jaggi Singh a également été confronté par l'animateur et journaliste Paul Larocque. La vidéo a été visionnée plus de 240 000 fois.

LIRE AUSSI:

» Les manifestants extrémistes ne sont pas bienvenus à Québec, dit Labeaume
» Philippe Couillard condamne la violence, mais choisit son « camp »
» Groupes Facebook anti-immigration : le sénateur Boisvenu se désabonne

La contre-manifestation à Québec tourne au vinaigre