DIVERTISSEMENT

Néo-nazis, suprémacistes blancs, Ku Klux Klan... six films pour tout comprendre

À voir ou à revoir.

16/08/2017 15:32 EDT | Actualisé 16/08/2017 16:06 EDT
IMDB

Le rassemblement de groupuscules de l'extrême droite américaine samedi dernier, à Charlottesville, en Virginie, faisant un mort et plusieurs blessés, a mis sous le feu des projecteurs les suprémacistes blancs. De plus en plus nombreux, selon le Southern Poverty Law Center, les mouvements néo-nazis concernent une multitude d'idéologies extrêmes allant du Ku Klux Klan aux milices hitlériennes en passant par les nostalgiques de la Confédération esclavagiste. Le HuffPost Québec vous propose de voir ou de revoir 6 films pour tout comprendre.

1 – IMPERIUM (INFILTRÉ)

Tête rasée, tatouage, croix gammée, uniforme kaki, aux antipodes de son rôle du gentil magicien Harry Potter, l'acteur Daniel Radcliffe incarne un agent du FBI dont la mission est d'infiltrer un groupe de partisans de la suprématie blanche sur le point de commettre un attentat à la bombe. Inspiré de faits réels vécus par Michael German, ancien membre des services secrets américains qui a lui-même noyauté un réseau néo-nazi pendant plusieurs années, le thriller de Daniel Ragussis est une terrible plongée dans l'univers nazifiant des ligues d'extrême droite.

2 – AMERICAN HISTORY X (GÉNÉRATION X-TRÊME)

Un jeune homme raciste et antisémite s'enrôle au sein d'un mouvement skinhead ultra-violent après la mort de son père assassiné par un revendeur de drogue afro-américain. Pour se venger, il n'hésitera pas à commettre un double meurtre entraînant son frère dans la spirale de la haine. Regard sombre et désespérant sur les laissés pour compte dans une Amérique dévastée par la pauvreté, la chronique familiale signée Tony Kaye met en scène un Edward Norton au sommet de sa forme. Son incarnation lui vaudra d'ailleurs une nomination aux Oscars.

3 – SUPREMACY

Le titre est sans équivoque. Le drame de Deon Taylor raconte l'histoire vraie d'un suprématiste blanc qui, à peine sorti de prison, exécute un officier d'origine latino. Poursuivi par les policiers, il se dissimile dans la demeure d'une famille afro-américaine dont il prend tous les membres en otage. S'en suivent les tentatives du patriarche de la maison, joué par Danny Glover, afin de convaincre le kidnappeur d'épargner les siens.

4 – BETRAYED (LA MAIN DROITE DU DIABLE)

L'exécution sordide d'un animateur de radio anticonformiste de Chicago par une faction néofasciste pousse les autorités à s'intéresser au cas de Gary Simmons, un fermier du Middle West apparemment sans histoire, mais aux activités parallèles impliquant des «chasses» aux Noirs. Au cœur de ce thriller politique du grand Costa Gavras, une agente du FBI, chargée de mener l'enquête, tombe amoureuse du suspect sans réaliser les conséquences sur sa propre sécurité.

5 – THE BIRTH OF THE NATION (NAISSANCE D'UNE NATION)

Réalisée en 1915, cinquante ans seulement après la fin de la Guerre de Sécession, cette fresque muette de DW Griffith est aujourd'hui considérée comme l'une des œuvres les plus racistes de l'histoire du cinéma. Le réalisateur originaire du Kentucky y reconstitue le conflit entre les États esclavagistes et les États abolitionnistes du seul point de vue sudiste tout en faisant l'apologie du Ku Klux Klan (KKK) et du lynchage. Le film eut à sa sortie un tel succès – il a même été montré à la Maison-Blanche sous l'ère du président Woodrow Wilson – que l'organisation KKK a vécu depuis une véritable renaissance.

6 – THE BELIEVER (DANNY BALINT)

Danny Balint, skinhead new-yorkais de 22 ans, utilise ses facultés d'orateur pour donner une forme de respectabilité à des militants d'extrême droite qu'il dirige d'une main de fer. Antisémite notoire, le jeune homme est confronté à un gros dilemme : ses racines juives. Alors qu'il tente de dissimuler sa judéité, un journaliste le menace de tout dévoiler. Dans la peau du personnage principal, Ryan Gosling dans un de ses premiers rôles. Une interprétation remarquée qui lancera sa carrière.

LIRE AUSSI :
» Daniel Craig confirme (enfin) qu'il sera du prochain «James Bond»
» Ben Affleck ne serait pas du prochain «Batman», selon son frère
» Le TIFF présentera le premier film réalisé par Aaron Sorkin

À voir également :