POLITIQUE

Lino Zambito accuse Couillard d’avoir recruté «la vieille garde» de l’ère Charest

Éric Tétrault, candidat libéral dans Louis-Hébert, a lui aussi profité de sa fameuse loge privée au concert de Céline Dion en 2008.

15/08/2017 12:56 EDT | Actualisé 15/08/2017 15:00 EDT
LA PRESSE CANADIENNE/Jacques Boissinot

QUÉBEC – Lino Zambito, témoin-clé de la commission Charbonneau, dit avoir été «surpris» de voir qu'Éric Tétrault se présente comme candidat libéral dans Louis-Hébert et ce, alors que le premier ministre Philippe Couillard tente de prendre ses distances de l'ère de Jean Charest.

Alors qu'il était directeur de cabinet du ministre de la Sécurité publique Jacques Dupuis en 2008, M. Tétrault et sa conjointe ont assisté au concert de Céline Dion dans la loge privée de M. Zambito au Centre Bell, selon les dires de l'ex-entrepreneur en construction.

LIRE AUSSI: Éric Tétrault confirmé dans Louis-Hébert

L'actuel candidat libéral a assisté au spectacle aux côtés de la ministre des Affaires municipales de l'époque, Nathalie Normandeau, ainsi que son directeur de cabinet Bruno Lortie et sa conjointe. M. Lortie avait présenté M. Tétrault comme « son grand chum », raconte M. Zambito en entrevue.

«En étant fonctionnaire, [M. Tétrault] a été dans la loge que j'avais offerte au bureau. C'est un cadeau qu'il a eu, comme Bruno Lortie et Nathalie Normandeau. Si [les enquêteurs de l'UPAC] avait fait leur ouvrage correctement, minimalement, ils auraient dû peut-être l'accuser pour [avoir accepté un] pot-de-vin.»

«Aujourd'hui, vu qu'il y a eu un laisser-aller de l'UPAC dans ce dossier-là, il est candidat libéral dans Louis-Hébert», poursuit M. Zambito.

M. Tétrault a admis en entrevue avec le FM93 qu'il avait rencontré l'UPAC dans le cadre du procès de Mme Normandeau et qu'il serait prêt à se rendre disponible de nouveau.

«Ils ne sont pas domptables, ces libéraux-là !»

M. Tétrault, qui est président des Manufacturiers et exportateurs du Québec depuis 2014, tentera de succéder à Sam Hamad dans la circonscription de Québec. Le premier ministre Couillard a présenté sa « nouvelle acquisition » comme « un acteur économique majeur du Québec ».

Mais le nouveau candidat n'est pas un nouveau venu dans le monde politique. Après une carrière en journalisme, il a été notamment directeur des communications pour l'ancien ministre libéral fédéral Alfonso Gagliano, impliqué dans le scandale des commandites, puis directeur des communications pour l'ancien premier ministre du Québec Jean Charest.

«C'est quelqu'un qui a toujours été dans le système libéral et qui, aujourd'hui, a une opportunité. Parce que c'est Louis-Hébert, on est convaincus que ça va être gagné facilement, prétend M. Zambito. On lui donne l'opportunité de rentrer par la grande porte, mais je pense qu'à un moment donné, il faut arrêter de ramener la vieille garde et les gens avec un peu... l'éthique élastique.»

«Je trouve ça totalement inadéquat. On est en 2017, Philippe Couillard se tue à dire que ce n'est pas la même game que Charest, mais c'est tout le temps les mêmes gens qui étaient sous Charest qui reviennent. Ils ne sont pas domptables, ces libéraux-là !»

Ni le Parti libéral du Québec ni Éric Tétrault n'étaient disponibles dans l'immédiat pour commenter.

L'opposition réagit

Tant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec se sont indignés d'apprendre que le premier ministre a accepté la candidature de M.Tétrault, qui a accepté d'aller dans une loge privée offerte par Lino Zambito.

« M. Couillard n'a aucune gêne à revenir à l'époque Charest, a réagi Agnès Maltais, porte-parole du PQ responsable de la Capitale-Nationale, en mêlée de presse. Je pense qu'en matière d'éthique, M. Couillard a échoué à peu près tous les tests qu'il a eus comme premier ministre. »

« Encore une fois, Philippe Couillard a choisi un digne représentant de la famille libérale pour remplacer Sam Hamad », a déclaré Éric Caire, leader parlementaire adjoint de la CAQ. À son avis, le choix d'un candidat qui habite en banlieue de Montréal est également un boulet pour le Parti libéral.

La date pour l'élection partielle dans Louis-Hébert n'a pas encore été annoncée, mais elle devrait se tenir d'ici octobre.

VOIR AUSSI:

8 citations mémorables de la commission Charbonneau