NOUVELLES

Déneigement: un nouveau contrat malgré des soupçons de collusion

Un grand écart de prix difficile à expliquer entre deux soumissions.

16/08/2017 06:33 EDT | Actualisé 16/08/2017 08:07 EDT
PC

La Ville de Montréal s'apprête à accorder un contrat de plus de 10 M$ à une entreprise de déneigement malgré des doutes soulevés par la Commission permanente sur l'examen des contrats.

Le comité exécutif se penchera ce matin sur l'octroi d'un contrat à l'entreprise Environnement routier NRJ pour le déneigement des rues d'Outremont. NRJ remporte systématiquement les contrats de déneigement de cet arrondissement depuis au moins 2005.

NRJ était le plus bas soumissionnaire pour ce nouvel appel d'offres, mais sa soumission dépassait tout de même l'évaluation municipale par plus de 1 M$ selon les documents soumis aux élus. Le prix de l'autre soumissionnaire, ProQuip, valait encore 1 M$ de plus.

«[Les membres de la Commission permanente sur l'examen des contrats] ont été surpris de constater que seulement deux entreprises ont déposé une soumission pour le contrat dans l'arrondissement d'Outremont, alors qu'il y a eu 27 preneurs du cahier des charges. Ils ont aussi cherché à comprendre ce qui justifiait le grand écart de prix entre les deux contrats du présent dossier. Le Service [de la concertation des arrondissements] n'a pas été en mesure de fournir une explication sur cet écart», lit-on dans le rapport de la Commission.

La Commission a tout de même conclu à la conformité du processus dans ce dossier. Elle a recommandé à la Ville de revoir la façon de calculer les estimations.

Le vérificateur général de Montréal a sonné l'alarme en 2014, soulignant que les entreprises de déneigement semblent se partager les contrats selon le territoire. La position privilégiée d'Environnement routier NRJ à Outremont y figure.

Depuis, le Bureau de l'inspecteur général a recommandé la résiliation d'un contrat pour une autre entreprise qui aurait tenté d'influencer un concurrent dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Aucune recommandation de ce genre n'affecte toutefois Environnement routier NRJ.

À la suite du rapport du vérificateur général, la Ville a centralisé l'octroi des contrats de déneigement. Cette mesure a été décriée à quelques reprises par l'opposition, qui estime que la centralisation n'empêche pas la collusion.

Il n'était pas possible de joindre Environnement routier NRJ mardi soir.

L'entreprise a fait les manchettes en 2015, lorsqu'un de ses sous-traitants a arraché un passage piéton au-dessus de la route 132 parce que la benne de son camion était levée. La Ville de Longueuil poursuit d'ailleurs l'entreprise et le sous-traitant pour 2,5 M$.

Voir aussi:

Le déneigement au fil du temps à Montréal