DIVERTISSEMENT

Korine Côté, la vie après sa première tournée

L'humoriste lance ces jours-ci le DVD de «Mon show».

11/08/2017 07:35 EDT | Actualisé 11/08/2017 14:10 EDT
Facebook

Quand elle a lancé son premier one woman show, Mon show, au début 2015, Korine Côté avait parié avec son entourage sur le nombre de représentations qui l'attendaient. Elle-même estimait le marathon à venir à une quarantaine de présences sur diverses scènes de la province. Sa gérante, plus optimiste, misait sur le chiffre 50.

Finalement, la jeune femme a offert 118 prestations de Mon show et vendu 30 000 billets. Un résultat bien au-delà de ses attentes.

«Moi, je pensais faire un an de tournée, et finalement, j'ai fait deux ans. Je n'aurais pas pu être mieux reçue pour un premier show», analyse Korine, qui lance ces jours-ci le DVD de Mon show.

«Des fois, je suis dans une salle, et on me dit que je l'ai remplie plus que tel chanteur ou tel musicien, continue-t-elle. Les gens ont moins d'argent à dépenser pour les spectacles. Il y a beaucoup de propositions, autant en humour qu'en théâtre ou en danse, il y a beaucoup de culture à voir, et les gens sortent beaucoup moins. Netflix, ça tue tout! (rires) La vie sexuelle autant que les spectacles!»

«Aussi, dans les années 90, on connaissait moins d'humoristes. Maintenant, il y en a beaucoup, et ceux qui étaient là dans les années 90 sont encore là! (rires) Et c'est correct, les gens ont le choix. Sauf que, s'ils ont le choix entre deux spectacles par année, ils vont peut-être davantage y aller avec une valeur sûre. La réalité change.»

La brunette était donc d'autant plus fière de réaliser, pendant deux ans, qu'elle se produisait devant des parterres souvent combles. Son dernier tour de piste, en février, a eu lieu à Québec, dans une Salle Albert-Rousseau qui la terrorisait par son immensité. Encore une fois, Korine Côté se sous-estimait, et c'est à guichets fermés qu'elle a conclu l'aventure Mon show.

«C'est le fun de regarder ça avec du recul, indique-t-elle à propos de ce chapitre professionnel. C'est stressant, sortir un show. C'est un autre rythme de vie. Et c'est vraiment spécial de constater que les gens se déplacent uniquement pour voir ton spectacle. Ça ajoute une pression supplémentaire, quand on y pense! Je me disais : «toute cette salle-là est pour moi, je suis mieux d'être bonne...» J'y ai pensé quelques mois, au début.»

Jeans et t-shirt

La simplicité est l'adjectif qui décrit le mieux l'ensemble de l'œuvre de Korine Côté. Fière héritière de la tradition du stand up, à l'américaine comme à la québécoise, la jeune trentenaire n'a besoin que d'un micro et d'un tabouret pour faire rire.

«Je ne suis pas une personne très extravagante, ni dans ce que je suis, ni dans ma façon de livrer les choses», assure celle qui aime bien s'asseoir à l'ordinateur tout de suite après avoir vécu un moment inspirant.

Car, pour parvenir à ses fins, elle puise dans le terreau, pas nécessairement original, mais le plus fertile qui soit : son quotidien. C'est ainsi que les maringouins, les courtiers immobiliers, les émissions de cuisine, le Tim Hortons et Les anges de la rénovation deviennent pour elle objets de monologues, lesquels, portés par son énergie et son talent de conteuse aux contours ironiques, s'avèrent hilarants.

«J'ai une facilité à écrire, mais je déteste peaufiner des textes, avoue-t-elle. C'est long, écrire. Mais j'aime quand mes choses sont prêtes. Je ne suis pas quelqu'un qui improvise énormément, parce que j'aime être préparée. Quand je fais des cauchemars par rapport à l'humour, c'est que je suis devant une salle qui a déjà entendu mon matériel, j'essaie d'improviser, et je me plante. C'est le cauchemar de beaucoup d'humoristes, je pense! (rires)»

Son pragmatisme se reflète même dans son habillement, qui se résume, la plupart du temps, à un jeans et un chandail aux manches courtes ou mi-longues, arborant souvent un animal quelconque. Un look calculé, que Korine assume pleinement, elle qui déteste le magasinage, une hantise dont elle parle ouvertement dans Mon show.

«Tant qu'à me demander ce que je vais porter le soir, j'enfile des vêtements dans lesquels je suis certaine d'être confortable. Il ne faut pas que je joue avec mes pantalons ou mon chandail. On voit les tics sur scène et les gens remarquent si on est inconfortable dans un morceau de linge. Et je ne veux pas que le public soit amusé par autre chose que mes jokes. En étant habillée comme ça, c'est simple, j'arrive, le scan est fait, c'a pris trois secondes, les gens sont aussitôt à moi et je peux leur parler. Si je porte un vêtement funky ou de designer, c'est super beau, mais les gens vont peut-être perdre une minute ou deux à analyser mon linge», décrète l'humoriste.

Korine Côté, qui a fait partie tout l'été de l'équipe de l'émission du retour à la maison de CKOI, collaborera une fois par semaine (le lundi) au nouveau rendez-vous Le clan MacLeod, dès le 28 août, dans la même case-horaire et à la même antenne. Aucune date de sortie n'est arrêtée pour son deuxième spectacle solo, mais elle jure qu'il y en aura un éventuellement. En attendant, elle se contente de plancher sur de nouvelles blagues pour le plaisir.

Le DVD Mon show sera disponible partout le mardi 15 août. Il contient le spectacle intégral de Korine Côté, de même que plusieurs extras, dont le making of de la production et autres portions comiques avec Korine.

LIRE AUSSI :
» «Pour une raison X ou Y» de Boucar Diouf à Télé-Québec
» Quand Louis T tente d'embrasser des hommes contre leur gré
» Bon ou mauvais? Notre bilan du 35e Festival Juste pour rire

À voir également :