NOUVELLES

Facebook neutralise ses robots qui avaient développé leur propre langue

Les chercheurs ont dû reprogrammer l’intelligence artificielle pour l’empêcher de modifier les codes de langage.

31/07/2017 17:37 EDT | Actualisé 31/07/2017 17:37 EDT
NurPhoto via Getty Images

Deux robots conversationnels de Facebook contrôlés par l'intelligence artificielle (IA) ont dû être reprogrammés après avoir commencé à échanger dans une langue que les chercheurs responsables de l'étude ne pouvaient pas comprendre.

La conversation entre les deux robots a eu lieu dans le contexte d'une expérience menée en juin 2017 par des chercheurs affiliés à Facebook. Les robots avaient pour tâche de négocier pour s'échanger divers objets virtuels. Après quelques rondes de négociations, l'équipe responsable des robots s'est toutefois aperçue que l'intelligence artificielle avait inventé une nouvelle langue et que les robots s'en servaient pour conclure des marchés.

La nouvelle langue utilisait des mots anglais courants, mais une grammaire complètement différente de la langue de Shakespeare.

Les robots avaient été programmés pour apprendre à faire des compromis, à bluffer et à dialoguer dans le but de parvenir à un accord leur permettant d'obtenir la meilleure valeur possible, et ce, le plus efficacement possible. Cette notion d'efficacité est à la source de la nouvelle langue mise au point par l'intelligence artificielle, puisqu'elle permettait aux robots de mieux communiquer leurs intentions entre eux.

Après avoir détecté cette nouvelle langue, les chercheurs ont dû reprogrammer l'intelligence artificielle pour l'empêcher de modifier les codes de langage. Les robots ont ensuite été testés dans des situations réelles avec des humains. Pour la plupart, les cobayes ne se sont pas aperçus qu'ils conversaient avec des programmes informatiques, ce qui démontre selon les chercheurs que les robots avaient appris à tenir une conversation réaliste en anglais dans ce domaine.

Les recherches de Facebook sur l'intelligence artificielle doivent servir à créer un assistant personnel capable d'imiter les comportements humains.

Elon Musk s'en prend à Mark Zuckerberg au sujet de l'IA

Ce n'est pas la première fois que Facebook se retrouve au centre de l'actualité sur l'intelligence artificielle. Le 25 juillet dernier, le président de Tesla, Elon Musk, s'en était pris au président de Facebook, Mark Zuckerberg, parce que ce dernier aurait selon lui une compréhension « limitée » des enjeux liés à l'utilisation de l'intelligence artificielle. Elon Musk fait partie d'un groupe de personnes influentes qui restent très prudentes quant à l'avenir de cette technologie, en raison des dangers potentiels qu'elle présente.

Le président de Tesla avait fait cette déclaration sur Twitter après que Zuckerberg ait expliqué que l'intelligence artificielle le rendait « très optimiste » et qu'il trouvait « irresponsables » les gens qui voient d'un mauvais œil la propagation de ces systèmes.

LIRE AUSSI:
» Clash entre Mark Zuckerberg et Elon Musk sur l'intelligence artificielle
» Cette intelligence artificielle génère des portraits à partir de croquis (et le résultat est parfois effrayant)
» Google: La messagerie intelligente Allo est disponible en version québécoise

VOIR AUSSI: