NOUVELLES

Formule E: Paris a aussi connu un premier Grand Prix difficile

«La Ville travaille extrêmement fort pour s’assurer que toutes les mesures d’urgence et de sécurité soient respectées.»

29/07/2017 16:14 EDT | Actualisé 29/07/2017 16:14 EDT

Montréal n'est pas la seule ville à avoir connu des ratés à l'arrivée du Grand Prix de formule électrique : Paris a elle aussi reçu son lot de critiques, soutient un journaliste français venu assister à la grande finale.

En mai dernier, Paris a accueilli le Grand Prix de FE dans le 7e arrondissement, aux Invalides. Contrairement à Montréal, où se déroulent deux jours de compétition, la capitale française n'a été l'hôte que d'une seule course.

« L'organisation ici est plus lourde, le périmètre de sécurité qui a été organisé est très grand », souligne Didier Laurent, journaliste sportif pour l'agence française Auto Press Club.

M. Laurent reconnaît que les installations doivent incommoder les résidents, mais il estime que Montréal et Paris ont toutes deux eu raison de faire le pari de « l'hyper-centre ».

Installer le circuit dans le centre-ville s'inscrit dans « l'esprit de la formule E », soit celui « d'apporter la course automobile devant les portes des citoyens », note-t-il.

Après avoir assisté à toutes les épreuves du Championnat de formule E cette année, M. Laurent assure que le circuit de 2,75 km de Montréal est l'un des plus grands.

Pour avoir discuté avec beaucoup de pilotes, tous disent que le circuit de Montréal est l'un des meilleurs, sinon le meilleur de la saison. Didier Laurent, journaliste sportif pour l'agence française Auto Press Club

Le journaliste rappelle que l'engouement autour de la formule électrique a été beaucoup plus important la deuxième année de compétition à Paris. Les autorités ont pris note des lacunes de la première édition et ont amélioré l'organisation de l'événement, explique-t-il.

Des citoyens enclavés

Réputée beaucoup moins polluante et moins bruyante que la F1, la formule électrique a surtout fait jaser pour les inconvénients que son organisation a occasionnés à Montréal.

Des résidents du secteur, enclavés par le tracé de la piste, ont décidé de se mobiliser afin que les erreurs de cette année ne soient pas répétées.

Dès le premier jour du championnat, Heidi Miller, une résidente du quartier Centre-Sud, a dû installer du ruban pour délimiter le périmètre de son terrain après que des visiteurs l'eurent traversé à maintes reprises.

« On a l'intention de tout colliger, de tout documenter [...] pour présenter un dossier béton à la Ville et lui demander de carrément repenser cet événement-là, parce que l'impact est vraiment négatif », affirme-t-elle.

Quelque 1000 résidents dans le secteur ont été privés des circuits d'autobus et ont dû endurer le bruit du montage des installations.

Accès aux lieux pour les personnes à mobilité réduite

La page Facebook « Formule Euh? Montréal 2017 », qui a été créée pour permettre aux citoyens de parler de leur insatisfaction contre le ePrix, a partagé vendredi une vidéo montrant un homme en fauteuil roulant, porté par des employés et des membres de la sécurité.

Faute d'avoir d'autre moyen d'accéder au site, l'homme doit être transporté dans les escaliers, puis dans la passerelle qui traverse la piste de course.

Le directeur général de Montréal c'est électrique, Simon Pillarella, assure de son côté que des mesures ont été prises afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de participer à l'événement, comme l'installation d'un lève-personne.

La Ville travaille extrêmement fort pour s'assurer que toutes les mesures d'urgence et de sécurité soient respectées. Simon Pillarella, directeur de Montréal c'est électrique

La passerelle située à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Saint-Hubert est accessible aux gens en fauteuil roulant. Une autre section est par ailleurs prévue pour les personnes à mobilité réduite, à l'angle des rues De la Gauchetière et Berri.

LIRE AUSSI:

» La Formule E, en pleine mutation, aux antipodes de la Formule 1

» La Formule E moins chère au circuit Gilles-Villeneuve

» BLOGUE Oui, la Formule E dérange, mais CAA-Québec croit qu'elle a sa raison d'être...